Das procès! Volkswagen engage les mêmes avocats que BP lors de la marée noire de 2010

La firme allemande entend visiblement se défendre© STRINGER Mexico Source: Reuters
La firme allemande entend visiblement se défendre

Devant le marathon judiciaire qui l'attend aux Etats-Unis, la firme allemande a décidé de mettre les moyens: elle vient d'embaucher le cabinet d'avocats qui avait défendu BP après la marée noire qui avait ravagé le golfe du Mexique en 2010.

Avec deux enquêtes pénales et pour le moment une class-action aux Etats-Unis, Volkswagen ne veut visiblement rien laisser au hasard. Aux Etats-Unis, le groupe est menacé d'une amende record de 18 milliards de dollars. La firme s'est donc adjoint les services du cabinet Kirkland & Ellis, plus connu pour avoir défendu les intérêts du géant pétrolier BP, accusé de négligence lors de la marée noire de Deepwater Horizon qui avait saccagé les côtes de la Louisiane, du Mississippi, de l’Alabama et de la Floride en 2010.

En savoir plus: Le PDG de Volkswagen démissionne après le scandale mondial des moteurs diesel truqués

Plus largement, ce cabinet est l'une des plus grandes sociétés de conseils juridiques au monde qui compte parmi ses associés Kenneth Starr, rendu célèbre pour avoir été le procureur indépendant qui avait poursuivi Bill Clinton dans le Monicagate. Parmi les clients de ce cabinet, on compte de nombreux fabriquants de tabac ou encore Burger King. 

En juillet dernier, à l'issue d'une longue bataille judiciare, BP a finalement accepté de verser  18,7 milliards de dollars d'indemnités (soit 16,8 milliards d'euros) aux autorités américaines pour solde de tout compte.

Il faudra au moins cela pour tenter de se dépétrer des sanctions pécuniaires qui attendent le constructeur allemand, qui a reconnu avoir vendu aux Etats-Unis près de 500.000 voitures équipées d'un logiciel faussant les tests d'émissions de gaz polluants.

Aux Etats-Unis, aux plaintes déjà déposées, s'ajoute également la menace d'une amende de 18 milliards de dollars de l'agence de protection de l'environnement américaine qui a révélé la tricherie vendredi.

Pire, Volkswagen a également révélé que plus de 11 millions de ses voitures avaient été aussi dotées de logiciels truqueurs dans d'autres pays. En France, Jean-Luc Mélenchon a d'ires et déjà demandé la suspension de la vente de voitures Volkswagen. La ministre française de l'écologie, Ségolène Royal a, quant à elle, annoncé le lancement d’une enquête «approfondie» sur l'affaire, tout en dénonçant «une forme de vol du contribuable et de l’Etat» de la part du géant allemand.

Autant de potentiels casse-têtes qui risquent encore plus de plomber une société qui a perdu des milliards de capitalisation boursière à l'annonce de la fraude d'ampleur mondiale.

En savoir plus: Après le piratage à distance d'une Jeep, Fiat Chrysler rappelle 1,4 million de véhicules

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales