Des Intercités fabriqués en Espagne ? Le PDG et les syndicats d’Alstom interpellent le gouvernement

Des Intercités fabriqués en Espagne ? Le PDG et les syndicats d’Alstom interpellent le gouvernement Source: AFP
Henri Poupart-Lafarge (C), PDG du constructeur d’équipements ferroviaires français Alstom, participe à une visite d’une des usines du groupe, à Petite-Forêt près de Valenciennes (Nord), le 19 février 2019, (illustration).
Suivez RT France surTelegram

Dans un courrier à la ministre chargée des Transports et dans un entretien à La Tribune, syndicats et PDG d’Alstom s’inquiètent d’un marché de trains régionaux accordé à un concurrent espagnol. La SNCF n’a pas encore réagi.

Les syndicats d'Alstom ont interpellé le 10 septembre le gouvernement sur l'attribution du marché des nouveaux trains qui circuleront sur les lignes Intercités Paris-Toulouse et Paris-Clermont. Selon le média spécialisé Mobilettre, ce marché reviendrait au constructeur ferroviaire espagnol Construcciones y Auxiliar de Ferrocarriles (CAF).

Dans un courrier à la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne (qui chapeaute les transports), l'intersyndicale FO, CGT, CFE-CGC et CFDT d'Alstom souligne que le groupe espagnol «propose uniquement l'assemblage final des trains sur le territoire national dans son seul site français qui emploie une centaine de salariés», en référence à l’usine de CAF à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées).

Les syndicats font aussi valoir que «l'offre d'Alstom s'appuie sur l'excellence de ses métiers et de ses compétences à travers huit de ses sites». Ce qui selon les syndicats représente des retombées pour l’emploi chez Alstom en France allant «jusqu'à 700 personnes en fonction du produit retenu dont 200 ingénieurs et plusieurs centaines d'emplois chez les fournisseurs».

«Si elle se confirmait, l'attribution du marché à notre concurrent espagnol risquerait de porter un coup fatal à l'avenir des sites fragilisés de Reichshoffen et Belfort ainsi qu'à la filière ferroviaire en Alsace et en Bourgogne-Franche-Comté», déplore l'intersyndicale.

Si l'Etat décidait de commander des trains fabriqués en Espagne, ce serait son choix, mais cela enverrait un message très fort de défiance envers la filière ferroviaire française qui serait de facto affaiblie

Elle est rejointe dans ses craintes par le PDG d’Alstom, Henry Poupart-Lafarge qui, dans un entretien exclusif accordé à La Tribune, explique : «Cette commande de trains Intercités représente, avec les options, dix années d'activité pour le site de Reichshoffen et l'ensemble des sites français qui fabriquent les composants.»

Dans ce qui ressemble à un message au gouvernement, le patron d’Alstom ajoute : «Si l'Etat décidait de commander des trains fabriqués en Espagne, ce serait son choix, mais cela enverrait un message très fort de défiance envers la filière ferroviaire française qui serait de facto affaiblie, avec un impact mécanique sur l'emploi en France.»

L'appel d'offres, lancé fin 2016 par la SNCF pour le compte de l'Etat, porte sur le matériel roulant des trains d'équilibre du territoire (TET, Intercités) Paris-Toulouse et Paris-Clermont, soit 28 rames auxquelles s'ajouteront éventuellement 75 rames en option, dont 15 pour équiper la transversale Bordeaux-Toulouse-Marseille.

Le budget prévisionnel pour la tranche ferme a été fixé à 800 millions d'euros, en incluant les centres de maintenance. Quand Mobilettre avait publié son information à la mi-août, la direction de la SNCF avait refusé de réagir.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix