La Russie prête à supprimer le dollar de ses transactions avec l’Afrique

La Russie prête à supprimer le dollar de ses transactions avec l’Afrique Source: Reuters
Un quartier de Bangui capitale de la République centrafricaine. Photo prise le 16 février 2016 (image d’illustration).

De plus en plus active commercialement en Afrique, la Russie entend mettre en place des systèmes de règlement des transactions hors dollar. Mais l'instabilité financière de certains de ses clients pose problème.

«Je pense qu'il est possible d'utiliser d'autres devises en Afrique [que le dollar]», a expliqué à la presse Dimitri Mazepine, copropriétaire du plus grand fabricant d'engrais de Russie, Uralchem ​​et du groupe d'engrais russe Uralkali. «Nous savons que la VTB [banque publique russe du commerce extérieur] prévoit d'étendre ses activités dans la région. Nous pourrions donc passer à des règlements dans les devises qui conviennent le mieux au prêteur.»

Plus tôt ce mois-ci, les autorités russes avaient annoncé qu’elles envisageaient de prendre toutes les mesures nécessaires pour réduire la dollarisation de l’économie du pays. «Les entreprises russes sont prêtes à trouver une alternative au dollar dans les accords mutuels avec les pays du continent africain», déclarait récemment Dmitri Mazepine, qui est aussi le président du Conseil des affaires Russie-Zimbabwe. Ce projet a pour objectif principal de rendre plus rentable l'utilisation de roubles au lieu de dollars par les principaux exportateurs russes.

Cette mesure aurait pour objectif de protéger l’économie du pays contre des sanctions imminentes imposées par les Etats-Unis, qui menacent d’interdire les investissements dans les obligations souveraines de la Russie, ainsi que de couper le pays des transactions en dollars.

Le responsable de la structure bilatérale a également expliqué que les entreprises russes rencontraient encore des difficultés pour faire des affaires en Afrique, la logistique étant l'un de leurs principaux problèmes. «Tous les pays africains n’ont pas accès à la mer ou à l’océan. Tous les territoires n'ont pas de voies ferrées», a expliqué Dimitri Mazepine.

A ses yeux, les garanties financières sont considérées comme un autre problème important. «Il est important de mettre en place des garanties de paiement, car la plupart des pays sont très instables du point de vue financier», a-t-il encore déclaré.

Lire aussi : Iran : les Européens vont instaurer un système de troc pour contourner les sanctions américaines

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»