La Pologne signe un contrat de 3,8 milliards d'euros pour l'achat de missiles américains Patriot

La Pologne signe un contrat de 3,8 milliards d'euros pour l'achat de missiles américains Patriot Source: Reuters
Soldats américains à côté d’une batterie de missiles Patriot lors d’exercices sur le polygone militaire polonais de Sochaczew près de Varsovie en mars 2015 (illustration).

Après plusieurs années de négociations, Varsovie a finalement conclu l'achat de deux systèmes de défense antimissile et antiaérienne Patriot. Dès 2015, la Pologne avait écarté le système de défense proposé par le groupe français Thales-MBDA.

Le ministre polonais de la Défense, Mariusz Blaszczak, a signé le 28 mars à Varsovie le contrat d'achat du système antimissile américain Patriot pour 4,75 milliards de dollars (3,8 milliards d'euros). Les livraisons des premières batteries sont prévues à partir de 2022. Lors de la signature, le ministre polonais de la Défense a déclaré : «Ce système a été acheté pour l’armée polonaise aussi en raison du stationnement sur notre territoire des unités de l’OTAN. Ce système permettra donc la sécurité et l’intégration de l’armée polonaise avec l’armée des Etats-Unis.»

La cérémonie s'est déroulée en présence du président Andrzej Duda, qui a parlé d'un «moment historique» et du Premier ministre Mateusz Morawiecki, ainsi que de l'ambassadeur des Etats-Unis Paul Jones, à qui le contrat signé a été remis.

La négociation de ce contrat avait commencé il y a plusieurs années. En avril 2015, le gouvernement polonais avait déjà annoncé qu’il avait fait son choix en faveur du système de défense anti-aérienne produit par la société américaine Raytheon au détriment du consortium européen Eurosam, composé de Thales et MBDA. Peu de temps après, il avait annulé le projet d’achat de 50 hélicoptères Caracal d’Airbus helicopters, à la grande fureur de Paris, au profit de Black Hawk S-70 de l’américain Sikorsky (filiale de Lockheed-Martin).

Toutefois, pour ce qui est du système Patriot, Varsovie avait buté sur le montant initial du contrat qui était de 10,5 milliards de dollars, correspondant à la livraison de quatre radars et stations de contrôle, 16 rampes de lancement, 208 missiles intercepteurs MSE (Missile Segment Enhancement) et différents équipements annexes, soit quatre systèmes complets. Rapidement la Pologne avait réduit ses ambitions à deux systèmes, pour un montant de 5 milliards de dollars, exigeant en contrepartie des transferts de technologie.

Cette condition a, semble-t-il, été acceptée par les Américains. Selon le quotidien polonais Gazeta Wyborcza qui cite des sources au sein du ministère polonais de la Défense, Lockheed Martin a consenti à un investissement de 724 millions de zlotys, (172 millions d’euros) en transfert de technologie. C’est-à-dire que les missiles devraient être en partie fabriqués en Pologne avec la participation d’entreprises polonaises.

La presse polonaise affirme également que la phase définitive des pourparlers a commencé peu de temps avant la visite de Donald Trump en Pologne, en juillet 2017. Une lettre d’intention pour l'achat de deux batteries avant 2019 et une série complémentaire d'ici 2026, avait alors été signée.


Les premiers lanceurs devraient être livrés à la Pologne d’ici 2020. Auparavant, la Roumanie avait déjà fait le choix de systèmes Patriot. Enfin, début mars, le département d’Etat américain a donné son aval à la livraison à l'Ukraine de missiles anti-char Javelin du même constructeur américain Raytheon.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.