L'offensive protectionniste de Trump sur l'acier et l'aluminium inquiète ses partenaires commerciaux

L'offensive protectionniste de Trump sur l'acier et l'aluminium inquiète ses partenaires commerciaux© Kevin Lamarque Source: Reuters
Donald Trump

Pour défendre des industries stratégiques qu'il estime victime d'une concurrence déloyale, Donald Trump a annoncé une taxe de 25% sur les importations d'acier et 10% sur celles d'aluminium. Une mesure très critiquée par ses partenaires commerciaux.

«Nous allons reconstruire notre industrie de l'acier. Nous allons reconstruire notre industrie de l'aluminium» : Donald Trump a présenté le 1er mars sa mesure concernant la mises en place de tarifs douaniers de 25% pour l'acier et de 10% pour l'aluminium.

Une mesure que le locataire de la Maison Blanche rendra effective dès la semaine prochaine «pour une longue période», mais pour laquelle il s'est montré avare en détails, ne précisant pas si elle allait être appliquée à tous les pays exportateurs vers les Etats-Unis.

Elu sur un programme aux forts accents protectionnistes, le président américain cherche ainsi à relancer ces industries dans son pays, arguant qu'elles revêtent une importance stratégique dans le secteur de la Défense. Qui plus est, ces deux secteurs souffrent selon lui d'une concurrence déloyale des producteurs étrangers qui sont subventionnés, ce qui leur permet de vendre à des prix inférieurs à leurs coûts de production.

«Ce qui a été permis pendant des décennies est honteux», a-t-il déclaré, ciblant notamment le traité nord-américain de libre-échange NAFTA qui a été, selon ses termes, «un désastre» pour son pays. Une expression qu'il a réutilisé à l'endroit de l'OMC, qui a, toujours selon lui, favorisé l'expansion économique de la Chine au détriment des Etats-Unis.

Levée de boucliers des partenaires commerciaux de Washington

Sur la scène internationale, son annonce a sans surprise suscité une véritable levée de boucliers. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a assuré dans un communiqué de presse que l'UE allait réagir «fermement et proportionnellement pour défendre [ses] intérêts». Devrait ainsi voir le jour dans les prochains jours «une proposition de contre-mesures contre les Etats-Unis, compatibles avec les règles de l'OMC, pour rééquilibrer la situation», selon Jean-Claude Juncker. Berlin a également encouragé Bruxelles à agir dans ce sens.

Le Canada, premier exportateur d'acier vers les Etats-Unis, s'est montré particulièrement inquiet. «Tout tarif ou quota qui serait imposé à notre industrie canadienne de l'acier et de l'aluminium serait inacceptable», a déclaré le ministre canadien du Commerce international, François-Philippe Champagne. Le gouvernement canadien s'est, en outre, dit surpris d'une décision qui risque, selon lui, de jouer contre les industriels américains.

La Chine a, de son côté, fait savoir qu'elle pourrait riposter en imposant des taxes sur les importations agricoles américaines, telles que le soja, selon l'agence de presse Reuters.

Les Etats-Unis sont les plus gros importateurs d'acier au monde, leurs importations sont près de quatre fois supérieures à leurs exportations, selon le secrétaire d'Etat au Commerce Wilbur Ross. Les principaux fournisseurs d'acier des Etats-Unis sont le Canada (16%), le Brésil (13%) et la Corée du Sud (10%).

Lire aussi : Qu'est-ce que le TPP, l'accord de partenariat transpacifique, dont Trump ne veut pas ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter