«Dérapage» budgétaire surprise en 2016 : Moscovici vole au secours de Macron, ministre de l'Economie

«Dérapage» budgétaire surprise en 2016 : Moscovici vole au secours de Macron, ministre de l'Economie
Emmanuel Macron et Pierre Moscovici, ici en 2013, illustration ©JACQUES WITT / POOL / AFP

La France ne pourra pas tenir son engagement de contenir le déficit sous la barre des 3% en raison d'une erreur dans le budget de près de 8 milliards d'euros. La Cour des comptes a même dénoncé l'«insincérité» de l'exécutif en 2016.

Il y a les dérapages verbaux et puis il y a aussi les dérapages budgétaires. Mais, pour une fois, le commissaire européen Pierre Moscovici s'est fait moins inflexible, minimisant l'erreur de près de 8 milliards d'euros laissée par les précédents gouvernements de François Hollande en 2016, et qui échoit à celui d'Edouard Philippe. Les magistrats de la Cour des comptes avait en effet qualifié le budget présenté en 2016, alors qu'Emmanuel Macron était ministre de l'Economie, d'«insincère». Une accusation plutôt grave, considérant le ton habituellement policé des rapports du gendarme de la rue Cambon. 

«Je n'ai pas le sentiment [que ce] que j'ai eu avec le gouvernement français était un dialogue malhonnête», a tempéré le commissaire sur France Info ce 30 juin 2017. Et d'ajouter, compréhensif : «J'ai toujours pensé que 2,8% n'était pas réaliste. Je l'ai dit, la Commission européenne l'a dit et cela figure dans ses opinions dès l'automne dernier.»

Pourtant, la polémique enfle au lendemain de la publication d'un audit alarmiste de la Cour des comptes sur l'état des finances publiques hérité de François Hollande, qui pointe une erreur de 8 milliards, ainsi qu'un déficit de 3,2%, au-dessus donc de la limite fatidique de 3%. 

Edouard Philippe, apparemment surpris de trouver une telle erreur, a fustigé l'action de François Hollande. «Nous héritons d’un dérapage de 8 milliards d’euros inacceptable», s'est-il indigné le 29 juin. Il aurait pu se renseigner auprès d'un membre du gouvernement de François Hollande : l'actuel président de la République, lequel, il y a un an encore, était ministre de l'Economie.

Lire aussi : Grèce : accord de la zone euro pour débloquer 8,5 milliards d'euros

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»