Le numéro deux de la banque centrale américaine inquiet d’une victoire d’un candidat anti-euro

- Avec AFP

Le numéro deux de la banque centrale américaine inquiet d’une victoire d’un candidat anti-euro Source: Reuters
Stanley Fischer, vice-président de la banque centrale des Etats-Unis, est inquiet qu'un anti-euro puisse remporter l'élection présidentielle française

Le numéro deux de la banque centrale américaine, Stanley Fischer, a estimé qu'une victoire à l'élection présidentielle en France d'un candidat favorable à une sortie de l'euro pourrait entraîner «des perturbations» financières.

Après John Greenwood, chef économiste d’Invesco basé à Londres, c’est un autre grand ponte de la finance internationale qui s’inquiète de la tournure que pourrait prendre l’élection présidentielle. Interrogé sur la chaîne CNBC, en marge des réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale à Washington, Stanley Fischer, vice-président de la FED, la banque centrale américaine, a relevé que l'élection française comportait «des candidats qui disent vouloir sortir la France de l'euro».

«Vu que le partenariat franco-allemand est une partie absolument cruciale du projet européen, ce serait une très grosse affaire et il sera très difficile de savoir comment cela se passerait», a affirmé le vice-président de l’institution financière la plus puissante du globe.

«Impact possible» sur les Etats-Unis

«On doit penser à cette possibilité et commencer à réfléchir», a-t-il ajouté, précisant que la banque centrale américaine «prêtait attention à ce qui se passe à l'étranger [...] et à l'impact possible» sur les Etats-Unis.

«Nous savons que des perturbations pourraient intervenir», a-t-il averti.

Lire aussi : Le président allemand conseille aux Français de ne pas écouter «le chant des sirènes» populiste

L'ancien ministre de l’économie Emmanuel Macron et la candidate souverainiste Marine Le Pen, partisane d'une sortie de l'euro, sont en tête au coude-à-coude avant le premier tour des élections présidentielles de dimanche, selon les sondages. Ils sont suivis de près par le candidat de la droite François Fillon et celui de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.