Il faudra finalement 8,8 milliards d'euros pour sauver Monte di Paschi selon la BCE

Il faudra finalement 8,8 milliards d'euros pour sauver Monte di Paschi selon la BCE© Alessandro Bianchi
La banque italienne est dans une situation financière précaire

Alors que le plan de sauvetage de la Monte di Pashi devait être de 5 milliards d'euros, la BCE a porté ses besoins de recapitalisation à 8,8 milliards d'euros, invoquant la détérioration rapide de sa situation financière.

La banque italienne Monte Paschi di Siena (BMPS) a déclaré lundi 26 décembre avoir officiellement demandé à la BCE une «recapitalisation par précaution». Il s'agit d'une intervention de l'Etat pour aider une banque en difficulté mais toujours solvable.

La BCE lui a répondu mardi 27 décembre que sa recapitalisation devait aller bien au delà des 5 milliards d'euros initialement prévus, et devrait se situer à hauteur de 8,8 milliards d'euros. Elle a précisé avoir reconsidéré le montant parce que la situation de la banque italienne s'est rapidement détériorée au cours des deux derniers mois. 

Jens Weidmann, patron de la Bundesbank et responsable de la politique de la BCE, a déclaré le 26 décembre qu'un plan de sauvetage de la BMPS par l'Etat italien devait «être pensé avec soin car beaucoup de questions restent en suspens».

La BMPS fait en effet face à un problème majeur, le retrait massif de ses déposants. Entre janvier et septembre 2016, 14 milliards d'euros sont sortis de ses caisses, soit environ 11% de ses fonds propres, remettant inévitablement en question la solvabilité de l'établissement. Et le rythme ne diminue pas, ce qui est une source supplémentaire d'inquiétude pour la BCE.

La cotation de l'action de Monte di Paschi sur les marchés financiers a été suspendue jusqu'à nouvel ordre.

Lire aussi : Crise bancaire italienne : lâchée par l'UE, Rome s'apprête à renflouer toute seule la Monte Paschi 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.