Donald Trump évoque des «conséquences» pour les entreprises quittant les Etats-Unis

- Avec AFP

Donald Trump évoque des «conséquences» pour les entreprises quittant les Etats-Unis © Mike Segar Source: Reuters
Donald Trump dans l'usine Carrier

Lors de la visite d'une usine dans l'Indiana, Donald Trump a prévenu que les entreprises américaines délocalisant pour réduire leurs coûts de production en subiraient «les conséquences».

Elu sur la promesse de sauvegarder les emplois ouvriers sur le sol américain, Donald Trump a choisi de se rendre dans cette usine, devenue cette semaine le symbole de la politique anti-délocalisation qu'il entend mener.

«C'est fini ça»

«Les entreprises ne vont pas continuer à quitter les Etats-Unis sans qu'il y ait des conséquences. C'est fini ça. C'est fini», a lancé Donald Trump, dans cette usine du fabricant de climatiseurs Carrier dont il affirme avoir sauvé plus de 1 000 emplois en empêchant un transfert d'activité vers le Mexique. «Quitter le pays va être très, très difficile [pour les entreprises]», a-t-il prévenu.

Carrier a annoncé le 29 novembre renoncer à son projet de délocalisation de cette usine du nord des Etats-Unis, affirmant sur Twitter avoir «conclu un accord avec le président élu». Puis, dans un communiqué, elle a précisé que les «incitations proposées par l'Etat (de l'Indiana) ont joué un rôle important» dans sa décision.

«L'Etat de l'Indiana a offert à Carrier un package pluri-annuel de sept millions de dollars, assorti de conditions en matière d'emploi, de maintien des postes de travail et d'investissement financier», a précisé le 1er décembre la filiale du géant United Technologies.

Selon les médias américains, elle va bénéficier d'allègements fiscaux pendant dix ans.

Cette visite était la première étape de la «tournée de la victoire» de Donald Trump et de son vice-président Mike Pence - également gouverneur de l'Indiana - dans les Etats industriels qui ont voté pour le duo républicain le 8 novembre.

Le milliardaire a raconté en détail comment, au cours d'une conversation téléphonique, il a forcé la main du PDG du groupe United Technologies Gregory Hayes, présent dans la salle. Il s'est aussi moqué de ceux qui lui reprochent de galvauder ainsi la fonction présidentielle.

«Ils disent que ce n'est pas "présidentiel" d'appeler ainsi les dirigeants d'entreprises géantes. Je pense au contraire que c'est très "présidentiel" et si ça ne l'est pas tant pis», a déclaré le milliardaire.

Goutte d'eau

Mais les postes sauvegardés ne représentent qu'une goutte d'eau au regard des emplois industriels perdus, a tweeté l'économiste Paul Krugman. Selon lui, il faudrait un accord similaire par semaine pendant quatre ans pour ramener seulement 4% des emplois disparus depuis 2000.

L'ex-candidat démocrate à la présidentielle Bernie Sanders s'est offusqué le 1er décembre dans le Washington Post d'un «pansement qui ne fait qu'aggraver le problème des inégalités de revenus en Amérique».

«A la place [du paiement] d'un impôt, l'entreprise va être récompensée par une réduction d'impôts. Wouah! [...] C'est ça punir les groupes qui ferment leurs usines aux Etats-Unis pour les déménager à l'étranger ?», se demande Bernie Sanders.

Le sénateur du Vermont craint en effet que cet accord n'incite désormais les entreprises à menacer de délocaliser leurs usines dans le seul but d'obtenir un allègement fiscal similaire.

Anthony Scaramucci, un chef d'entreprise membre de l'équipe de transition de Donald Trump, a relevé le 30 novembre que «tout l'objectif» de cette opération était de réduire les impôts des sociétés pour attirer les investissements aux Etats-Unis. 

Pendant sa campagne, Donald Trump a promis de relancer l'activité des entreprises grâce notamment à une vaste déréglementation et à une baisse de l'impôt sur les sociétés qui passerait de 35% à 15%.

«Protectionnisme, c'est péjoratif»

Après l'Indiana, la tournée doit se poursuivre dans d'autres Etats industriels clés tombés dans son escarcelle comme l'Ohio (nord).

Ces déplacements se tiennent au lendemain de la nomination de sa future équipe économique: un banquier de Wall Street, Steven Mnuchin, 53 ans, sera secrétaire au Trésor et Wilbur Ross, un milliardaire de 79 ans, secrétaire au Commerce.

Ils seront chargés de tenir la promesse de Donald Trump de revenir sur les accords de libre-échange et de préserver les emplois industriels.

Donald Trump a saisi l'opportunité de sa visite  pour dénoncer encore une fois l'accord de libre-échange nord-américain ALENA: «L'ALENA est une autoroute à sens unique vers le Mexique».

Wilbur Ross a déjà rejeté le 30 novembre toute accusation de protectionnisme. «Protectionnisme n'est pas un terme significatif, c'est péjoratif», a-t-il contesté, estimant sur CNBC que les administrations précédentes avaient «fait beaucoup dans le commerce stupide» et annonçant que c'était ce que son équipe allait corriger. 

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.