Obama, Merkel et Hollande veulent maintenir les sanctions contre la Russie

Obama, Merkel et Hollande veulent maintenir les sanctions contre la Russie
Barack Obama, Angela Merkel, Francois Hollande et Matteo Renzi en réunion à Berlin, le 18 novembre 2016, © Kay Nietfeld / Reuters

Lors d'une rencontre à Berlin avec le président américain, les dirigeants des trois premières économies de la zone euro, ainsi que l'italien Matteo Renzi se sont entendus pour maintenir les sanctions économiques contre la Russie.

Angela Merkel, François Hollande, Theresa May et le président américain ont appelé au maintien des sanctions contre la Russie et à la coopération au sein de l'OTAN. Barack Obama est encore aux commandes jusqu'au 20 janvier 2017, date de la passation de pouvoir à la Maison-Blanche. Aussi, la politique des sanctions à l'encontre de la Russie pour son rôle supposé dans le conflit ukrainien va-t-elle se poursuivre ?

Selon la présidence américaine, «les dirigeants sont unanimement d'accord sur le fait que [...] les sanctions contre la Russie liées à l'Ukraine doivent rester en vigueur».

La dernière tournée européenne du président américain en Europe est ainsi l'occasion de donner d'ultimes indications quant aux relations entre l'Union européenne et les Etats-Unis. Parmi les autres sujets abordés, les dirigeants européens ont discuté de l'avenir de l'organisation militaire et politique de l'Alliance atlantique, ainsi que de la lutte contre Daesh en Syrie et en Irak.

Le devenir de la politique étrangère comporte désormais de nombreuses inconnue alors que l'élection de Donald Trump pourrait bien changer la donne. Le président élu se présente comme moins interventionniste que Barack Obama et semble souhaiter une normalisation des relations avec la Russie, ainsi qu'une collaboration avec le gouvernement syrien de Bachar el-Assad afin de lutter contre le terrorisme au Moyen-Orient.

Lire aussi : Poussée des investissements allemands en Russie malgré les sanctions

Fin juillet 2016, l'Union européenne avait décidé de prolonger les sanctions contre la Russie, malgré l'avis de plusieurs experts, estimant que ces mesures étaient dommageables pour les économies européennes, à défaut de l'être pour la Russie. Lors d'un sommet européen les 20 et 21 octobre 2016, les dirigeants européens n'avaient pas réussi à s'entendre sur de nouvelles sanctions.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.