Pékin suspend son projet de recyclage nucléaire avec Areva après d'importantes manifestations

La construction d'une centrale nucléaire sino-française à Taishan.© Peter Parks Source: AFP
La construction d'une centrale nucléaire sino-française à Taishan.

La ville chinoise de Lianyungang a suspendu les travaux préliminaires d’un projet d’usine de recyclage de déchets nucléaires, en collaboration avec le groupe français Areva, après que des milliers de citoyens ont dénoncé les risques sanitaires.

«Le gouvernement populaire municipal de Lianyungang [à l’est de la Chine] a décidé de suspendre la sélection du site et les travaux préliminaires du projet de recyclage nucléaire», ont indiqué les autorités locales sur leur site officiel, sans donner plus de détails.

Les travaux de construction de l’usine, fruit d’une coopération entre la Compagnie nucléaire nationale chinoise et la multinationale française de l’énergie Areva, devaient débuter en 2020. Les installations devaient elles être opérationnelles d'ici à 2030.

Dans un premier temps, aucun site de construction n’avait officiellement été communiqué par les autorités chinoises, mais les habitants de Lianyungang, à quelques 480 kilomètres de Shanghai, avaient constaté qu’une nouvelle centrale nucléaire du géant chinois était en cours de construction près de leur ville.

Redoutant dès lors que ce projet de recyclage de déchets nucléaires ne s’implante chez eux, des milliers d'entre eux étaient descendus dans les rues les 6 et 7 août pour protester.

Lire aussi : La Chine et ses ambitions : les projets et la réalité

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales