Panama Papers : Washington pourrait élargir sa liste de sanctions contre Moscou

Panama Papers : Washington pourrait élargir sa liste de sanctions contre Moscou Source: Reuters

Les autorités américaines envisagent d’étudier les millions de documents présentés par le Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ) pour inclure davantage de Russes dans leur «liste noire».

Selon l’interlocuteur de l’agence Bloomberg, les autorités américaines veulent obtenir des informations sur des citoyens russes qui auraient pu contribuer à des entreprises offshore afin de les inscrire sur la liste «noire» du ministère des Finances américain. Cette liste mise à jour serait publiée en juin prochain. Au même moment, l’Union européenne annoncera, elle aussi, si elle entend maintenir, ou non, son régime de sanctions contre la Russie.

Le journal allemand Süddeutsche Zeitung a publié des documents présumés appartenir à la compagnie juridique panaméenne Mossack Fonseca. Le journal affirme que ces documents prouvent l’implication de certains chefs d’Etat et de leurs proches dans des schémas d’évasion fiscale frauduleux. Pourtant, l’authenticité des fichiers n’a pas encore été vérifiée. Pour sa part, la firme Mossack Fonseca, accuse les journalistes qui relayent ces informations de se rendre coupable de crimes.

Parmi les citoyens russes qui auraient pu utiliser ses schémas, trois hommes d’affaire apparaissent, ainsi que le ministre du développement économique Alexeï Oulioukaïev, l’épouse du porte-parole du Kremlin, Tatiana Navka, et le violoncelliste Serguei Roldouguine.

C’est néanmoins le nom du président russe qui est apparu le plus souvent en Une des médias, sans que son nom n’apparaisse nulle part. Mais ces insinuations et cette façon de faire ne sont pas de nature perturber les autorités russes. «De notre point de vue, de telles fuites ciblent une audience internationale. Il est également clair que la Poutinophobie a atteint un tel niveau que parler en bien de la Russie, de ses actions et de ses succès est impossible. Il faut dire du mal de la Russie […] et s’il n’ y a rien à dire, on doit inventer des choses. C’est évident pour nous», a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin. 

En savoir plus : Kremlin sur «Panama Papers» : la «Poutinophobie» occidentale empêche de dire du bien de la Russie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»