LONG FORMAT : Ce que cache la manipulation des cours de l’or

Les cours de l'or font l'objet d'une des plus grandes manipulations de l'histoire économique. © Flickr
Les cours de l'or font l'objet d'une des plus grandes manipulations de l'histoire économique.

L’or est la valeur refuge par excellence. Mais son prix n’explose pas. Pourtant, s’en procurer devient difficile et la demande tutoie des sommets. Une vaste manipulation orchestrée par de puissants acteurs est à l’origine de ce paradoxe.

Pas besoin d’être un prix Nobel d’économie pour comprendre que quelque chose ne tourne pas rond sur le marché de l’or. Il suffit d’être familier avec une loi basique : celle de l’offre et de la demande. Ce qui est rare est cher. La demande d’or physique est au plus haut devant les turbulences traversées par l’économie mondiale. Plusieurs spécialistes s’accordent pour dire que le prix de l’once (31,1 grammes) devrait se situer autour de 8 000 dollars (soit quatre fois son record historique). Début mars, il est d’environ 1 250 dollars.

Ce prix étrangement bas est la question qui agite les experts depuis cinq ans. Pourquoi le prix de l’or ne correspond-t-il pas aux règles économiques ? Plusieurs d’entre eux, choisis pour leur expertise sur le sujet, nous ont aidés à percer le mystère. Selon eux, cette anomalie est le résultat d’interventions massives sur le marché des produits dérivés où l’on échange des contrats plutôt que des lingots. Ces purs mouvements spéculatifs ont pour conséquence de faire chuter les cours. Dans le rôle des suspects, on retrouve les banques centrales et leurs intermédiaires. Les mobiles ? Eviter la panique, protéger la valeur du dollar et le système financier dans son ensemble. Docteur en économie, chroniqueurs, journaliste, ex-traders, gérants d’entreprises, Tous nous décrivent une des plus grandes manipulations de l’histoire économique.

(Vous pouvez consulter la chronologie interactive ci-dessous pour connaître l’évolution du rôle de l’or dans l’économie au cours du XXème siècle.)

Les faits

«Je ne suis pas un adepte des théories de manipulation en matière d’économie. Je me suis intéressé à ce sujet en y allant à reculons. Mais une fois que l’on s’y plonge, il apparaît clair que le marché est biaisé. Trop de faits sont là pour le démontrer.» Philippe Herlin est docteur en économie du Conservatoire national des Arts et Métiers de Paris. Comme d’autres experts avant lui, il s’est intéressé de plus près au marché de l’or. Et comme bon nombre de ses prédécesseurs, il a été «très surpris» de ce qu’il a découvert. C’est aussi le cas de Philippe Béchade. En novembre dernier, nous avons rencontré le président des Econoclastes et chroniqueur sur BFM Business. Il vous accompagnera tout au long de votre plongée au coeur du marché de l’or avec ses quatre interventions en vidéo.

(Vous pouvez parcourir les slides suivants pour faire défiler plusieurs infographies sur le marché de l’or.)

OR1

Arrêtons-nous un moment sur le fonctionnement de ce business artificiel. Le prix du métal jaune n’est pas seulement fixé par les échanges d’or physique. Les mouvements sur les marchés de produits dérivés influencent également son prix. Il existe plusieurs «marchés à terme». Ils permettent le trading de contrats portant sur le précieux métal. En théorie, posséder un de ces titres signifie que vous êtes propriétaire de la quantité d’or correspondante et en droit d’en demander la livraison. Cette donnée est essentielle. Selon Nick Laird, spécialiste reconnu pour ses statistiques sur le milieu, plus de 3000 tonnes d’or «papier» sont échangées chaque jour. 3000 tonnes… C’est la production mondiale en 2015 selon Statista, un des numéro un mondial de la statistique.

On échange donc l’équivalent de la production annuelle mondiale d’or chaque jour sur les marchés à terme. Pour Fabrice Drouin Ristori, fondateur et dirigeant de Goldbroker.com, c’est sur la plateforme américaine du COMEX «que la plupart des manipulations sont effectuées». Ces derniers mois, en moyenne, il n’existait qu’une once d’or physique disponible pour 300 contrats à terme. Vous avez bien lu. Si ne serait-ce qu’une petite partie des détenteurs d’or papier demandait la livraison de leur métal jaune, le COMEX exploserait.

Pour comprendre comment fonctionne ce casino géant de la spéculation, veuillez visionner la vidéo ci-dessous :

Comprendre la vente à découvert à nu en une minute

Ce cadre permet à de puissants acteurs, tels les banques centrales, d’influencer les prix de l’or en vendant massivement ce type de contrat. Paul Craig Roberts, ancien sous-secrétaire du Trésor de Ronald Reagan, a été l’un des premiers à remarquer le manège. Dès 2011, il a noté que très souvent, lorsque l’or remontait, une pluie de contrats de vente inondait le COMEX. Lâchés comme des bombes, sans qu’aucune nouvelle information économique ne puisse le justifier, ils ont eu pour effet de faire chuter les cours. Logique dans un marché régi par la loi de l’offre et de la demande. Ces brutales baisses sont faciles à constater. Elles ont souvent lieu dès l’ouverture du COMEX, à 8h20 heure de New-York.

(Vous pouvez parcourir les slides ci-dessous pour faire défiler plusieurs exemples.)

OR2

CME Group, propriétaire du COMEX, n’avait pas souhaité répondre à nos demandes d’explications à la fin du mois de mars 2016. Ces mouvements sont d’autant plus illogiques qu’ils sont extrêmement risqués pour leurs auteurs. «Quand vous vendez sur un marché, il faut y aller au compte-gouttes, constate Philippe Herlin. Jamais un trader ne s’amuserait à écouler si massivement un actif sous peine de faire s’écrouler le marché et de subir des pertes. Qui aurait intérêt à perdre de l’argent si ce n’est pour manipuler ?»

Auteur: RT France

Les suspects

Qui de mieux placé pour orchestrer une manipulation pouvant s’avérer coûteuse qu’une institution qui a le pouvoir de créer l’argent ? C’est à partir de ce type de réflexion que Paul Craig Roberts est arrivé à la conclusion que la réserve fédérale américaine (FED) tirait les ficelles. «L’exécution de ces opérations manipulatrices se fait via les banques de transaction de contrats à terme comme JP Morgan, HSBC et Bank of Nova Scotia, expliquait-il dans un article publié sur son site internet en 2014. Ce sont elles qui vendent pour la FED.» Ces trois institutions font partie des membres-traders du COMEX les plus actives en volume de transactions. Fabrice Drouin Ristori se dit «en accord» avec l’analyse de Paul Craig Roberts.

Les opérations ont été d’autant plus simples que la Réserve fédérale américaine (FED) a mené une politique monétaire très accommodante après la crise de 2008. «Elle est aussi impliquée parce qu’elle a gardé pendant des années des taux d’intérêt proches de zéro qui ont rendu le coût de ces manipulations financières quasiment nul», explique Max Keiser, ex-trader connu pour avoir délibérément fait chuter l’action de Coca-Cola. En décembre dernier, Janet Yellen, présidente de la FED, a annoncé une légère remontée de ces taux. Plusieurs observateurs envisagent déjà de les baisser à nouveau. Les bourses font du yoyo, la Chine tousse, les Etats-Unis sont à l’aube d’une récession et l’Europe compose avec une croissance atone.

Auteur: RT France

Ces manipulations ne seraient pas réalisées au seul bénéfice de la réserve fédérale américaine. Le monde financier dans son ensemble aurait intérêt à ce que le prix de l’or n’explose pas les compteurs. 

Les mobiles

«Investir dans l’or c’est investir de l’argent qui dort, souligne Philippe Herlin.Vous ne mettez pas vos économies dans les assurances vies, les fonds de placement, les actions. Vous mettez les financiers au chômage.» Quand vous achetez de l’or, vous sortez du système. C’est une valeur refuge qui ne fait pas travailler le capital. Tous les investissements dans l’or physique sont autant de liquidités en moins dans les circuits financiers. Imaginez vous une horde de traders déchaînés dans leur salle de marché, fixés sur le cours de l’or. Chacune de ses montées est autant de travail en moins. Et ça les énerve... beaucoup.

Les motivations iraient même plus loin. La FED et ses intermédiaires feraient tout pour empêcher l’or de rentrer en compétition avec la monnaie de réserve internationale : le dollar. Paul Craig Roberts situe le gros de la manipulation à partir de 2011. A l’époque, l’once d’or avait atteint 1900$. Selon l’ancien membre de l’équipe de Ronald Reagan, la FED s’est retrouvée paniquée à l’idée que l’once perce le plafond symbolique des 2000$. Ce signal aurait eu un impact psychologique fort : la matérialisation de la perte de confiance dans le billet vert. Une méfiance qui aurait pu avoir des conséquences graves pour les Etats-Unis et l’économie mondiale.

Afin de comprendre la réflexion de Paul Craig Roberts, il faut savoir que la FED a injecté des milliers de milliards de dollars dans l’économie depuis 2008 par le biais de ses trois assouplissements quantitatifs (quantitative easing ou QE). Si elle a freiné la machine en 2014, la planche à billets a tourné à plein régime pendant six ans pour soutenir l’économie. Ces politiques font peser un risque sur la valeur d’une monnaie qui ne marche qu’à la confiance. Depuis la fin des accords de Bretton Woods en 1971, le dollar ne repose plus sur rien, sinon sur la puissance américaine et la créance que lui accordent les agents économiques. Or, plus vous injectez de dollars dans le système, plus vous érodez sa valeur. «Le dollar est à la base de l’hégémonie américaine sur le monde, souligne Max Keiser. Empêcher l’or de rentrer en compétition avec le dollar est d’une importance primordiale pour les Etats-Unis.» C’est également l’avis de Fabrice Drouin Ristori : «La FED fera tout pour protéger la valeur du dollar. C’est ce que De Gaulle appelait "le privilège exorbitant des Américains".»

Auteur: GoldBroker.com

La planche à billet n’est pas l’apanage de l’Oncle Sam. Le 22 janvier 2015, Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), annonçait un vaste plan de rachats d’actifs. Son QE à l’européenne, prolongé en décembre dernier, prévoit de racheter jusqu’à 60 milliards d’euros d’actifs par mois jusqu’en mars 2017. Le montant total pourrait avoisiner les 1 500 milliards d’euros. Sans parler du Japon, troisième puissance économique mondiale, qui multiplie les opérations de ce genre depuis des années.

Le dernier mobile est en lien direct avec cette orgie de liquidités. Il s’agit d’éviter un vent de panique. Laisser exploser le cours de l’or serait reconnaître que quelque chose de grave se prépare. «La situation économique mondiale est telle que l’on casse les thermomètres pour empêcher les gens de voir qu’il y a un problème et l’or en est un, analyse Olivier Delamarche, chroniqueur sur BFM Business. C’est comme les marchés qu’on abreuve de liquidités pour qu’ils restent au sommet. Tout va bien madame la marquise ! Ce n’est pas parce que vous cassez le thermomètre que la fièvre va baisser.»

Auteur: RT France

La majorité des spécialistes sollicités s’accorde à dire que nous sommes au bord de l’explosion du système monétaire international. Un cataclysme provoqué par la dérégulation des marchés, la financiarisation à outrance de l’économie et l’injection massive de cash des banques centrales. Le système est-il voué à s’écrouler ? L’or jouera-t-il à nouveau un rôle au coeur de l’économie mondiale ? Ces questions sont légitimes à l’heure où la situation ne cesse d’empirer. 

Et maintenant ?

Les mouvements observés au niveau international sur l’or accréditent la thèse qu’un événement majeur se prépare. Des pays comme la Chine, la Russie ou l’Inde profitent des prix bas pour augmenter sensiblement leurs réserves d’or physique. Moscou a été parmi les plus gros acheteurs en 2015. La banque centrale russe a augmenté ses réserves d’environ 200 tonnes l’année dernière. Quant à la Chine, elle n’est dépassée que par le pays des tsars. L’Inde suit le mouvement. Cette razzia sur l’or physique commence sérieusement à inquiéter du côté du premier marché mondial, à Londres. Il voit ses ressources se vider à grande vitesse et craint la pénurie. «En Asie, on comprend la différence entre la monnaie fiduciaire, imprimée par l’Etat, et un vrai moyen de conserver son capital, explique Ned Naylor-Leyland du groupe Quilter Cheviot Investment. L’or sert d’assurance contre les conséquences de la fin d’un cycle économique positif et contre la mort potentielle du système monétaire actuel.»

Chinois et Russes se prépareraient à l’explosion finale. C’est l’avis d’Olivier Delamarche : «Leur stratégie est loin d’être absurde. Ils anticipent un effondrement du système monétaire mondial. Qui dit effondrement dit refonte, analyse l’expert. Lorsqu’il faudra se mettre autour de la table, mieux vaudra venir avec des billes. D’importantes réserves d’or donneront du poids dans les négociations et une assise au Rouble et au Yuan.»

Fabrice Drouin Ristori doute sérieusement des chiffres officiels concernant les réserves d’or des pays occidentaux, Etats-Unis en tête. «Je pense que si l’on devait faire un contrôle des stocks, on aurait de grosses surprises» s’amuse-t-il. Le métal jaune acheté en masse par la Chine, l’Inde et la Russie vient majoritairement de l’Ouest. L’or physique est une ressource limitée, sa production mondiale est faible par rapport à la demande. Le fondateur de Goldbroker pense que le principe des vases communicants joue forcément. 

D'ailleurs, une étrange atmosphère de secret entoure les stocks d’or. Aux Etats-Unis, Ron Paul, élu du Texas et père de l’ex-candidat à la présidentielle américaine Rand Paul, se bat depuis des années pour qu’un audit indépendant des réserves d’or de l'Oncle Sam soit effectué. Il doute sérieusement des chiffres officiels (8 133,5 tonnes). En janvier 2012, pour la première fois, les réserves de la FED de New-York ont été vérifiées. Un contrôle effectué par… le Département du Trésor. Celui-ci dépend directement de la présidence et du Congrès. Pas de quoi satisfaire Ron Paul. Cependant, Philippe Herlin a du mal à imaginer que les stocks d’or américains puissent avoir subi une saignée : «Si l’on devait s’apercevoir qu’il manque une sérieuse quantité d’or dans les coffres de Fort Knox ou de la FED, la situation serait hallucinante. Cela paraît tellement fou que j’ai du mal à y croire.»

Sources : World Gold Council Source: RT
Sources : World Gold Council

Du côté de la Chine, le problème inverse se pose. En juillet dernier, Pékin a communiqué des données officielles sur ses stocks d’or pour la première fois depuis 2009. Le souci, c’est que chez les initiés, personne ne donne de crédit aux déclarations de l’Empire du Milieu. Les spécialistes sont quasiment unanimes pour dire que la Chine sous-évalue volontairement ses stocks d’or. Sur le montant, il y a débat. «Il est évident que les réserves chinoises sont plus élevées que ce qu’ils annoncent, affirme Brien Lundin, éditeur de Gold Newsletter. Ce qui amène à la question de savoir pourquoi ils se sentent obligés de les sous-estimer.» La réponse la plus communément admise serait à chercher du côté des prix bas de l’or. Les Chinois ne verraient pas l’intérêt de montrer leur jeu avant que les cours remontent. Ou que le système s’écroule.

Auteur: RT France

Si la majorité des experts interrogés ne donne pas cher du système monétaire international, Philippe Herlin n’est pas de cet avis. Du moins en ce qui concerne le billet vert : «Je ne pense pas que le dollar puisse aller au tapis. Derrière, il y a les Etats-Unis, la première armée du monde. De plus, le pétrole et le gaz continuent de s’échanger en dollar.» Il ne voit pas le cours de l’or exploser dans un futur proche : «A mon avis, l’or ne peut pas crever le plafond. La raison est simple : la plupart des gens ont encore confiance dans les politiques des banques centrales. La vrai bascule se fera quand Draghi et Yellen auront perdu leur crédibilité.»

Fabrice Drouin Ristori en est, au contraire, persuadé : «L’or sera à nouveau au coeur de l’économie. Et ceux qui disent que sa production ne peut pas accompagner la croissance mondiale se trompent. Tout est question de fixation du prix de l’or pour gérer, annonce-t-il. Ce qui se passe actuellement s’est déjà produit. Au cours de l’Histoire, toutes les expériences de créations monétaires incontrôlées ont terminé en faillite.»

Lors de la Révolution française, le système des assignats, considéré comme l’une des premières planche à billets de l’Histoire, a bien failli ruiner l’Hexagone. En 1923, le même système d’émission massive de liquidité mettait à genoux la République de Weimar. Dix ans après, Adolf Hitler prenait les pleins pouvoirs. La suite, tout le monde la connaît.

(Si vous souhaitez voir l'entretien avec Philippe Béchade dans son intégralité, veuillez consulter notre chaîne Youtube)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales