Le gouvernement prépare la réforme de l’assurance chômage, le Medef veut aussi celle des retraites

- Avec AFP

Le gouvernement prépare la réforme de l’assurance chômage, le Medef veut aussi celle des retraites© Ludovic Marin Source: AFP
Le ministre français du Travail, Olivier Dussopt, quitte la réunion hebdomadaire du gouvernement à l'Elysée, à Paris, le 7 septembre 2022.
Suivez RT France surTelegram

Le gouvernement présente ce 7 septembre son projet de loi de réforme de l’assurance chômage qui lierait l’indemnisation à la conjoncture économique. Le Medef, de son côté réclame la réforme du système de retraite.

Le gouvernement présente ce 7 septembre son nouveau projet de réforme de l’assurance chômage faisant varier les conditions d'indemnisation selon la conjoncture. Il vise d’abord à prolonger les règles actuelles issues d'une réforme déjà controversée du premier quinquennat, et arrivant à échéance le 31 octobre.

Le gouvernement va saisir les partenaires sociaux sur la question d'une modulation de l'assurance chômage afin qu'elle soit, selon les mots d'Emmanuel Macron, «plus stricte quand trop d'emplois sont non pourvus, plus généreuse quand le chômage est élevé».

Le ministre du Travail Olivier Dussopt a annoncé ce 7 septembre sur Franceinfo une «concertation» pour aboutir à des critères – le taux de chômage par exemple –, dont l'évolution à la hausse ou à la baisse pourrait déterminer le nombre de mois de travail requis pour accéder à l'indemnisation (6 mois actuellement sur les 24 derniers) ou encore calculer sa durée.

Le ministre estime qu'il y a urgence parce qu'il est «insupportable d'être encore à un taux de chômage de 7,4% et d'avoir dans le même temps un retour unanime des chefs d'entreprises sur les difficultés de recrutement». Il fait de cette réforme une des conditions pour atteindre l'objectif de plein emploi (soit un taux de chômage d'environ 5%) en 2027.

Selon l'économiste et député Renaissance (ex-LREM) Marc Ferracci, un des inspirateurs de la réforme de 2019, «des dizaines d’études prouvent que les règles de l’assurance chômage, notamment la durée et les seuils d’éligibilité, ont un effet sur le niveau de l'emploi», notamment pour les chômeurs les plus autonomes dans leur recherche. Faux, rétorquent les syndicats pour qui les difficultés de recrutement sont d'abord liées à la formation et à l'attractivité des métiers (salaires, conditions de travail, mobilité, etc.).

Réunis le 5 septembre au siège de la CFDT, les syndicats se sont mis d'accord sur leur opposition à négocier une telle mesure «contracyclique» et devraient publier la semaine prochaine un texte commun en ce sens. Marylise Léon (CFDT) a prévenu qu’il porterait «sur la problématique actuelle de l'emploi et des difficultés de recrutement qui ne trouveront pas de réponse efficace avec une réforme qui réduit encore les droits des chômeurs».

Des «gages au Medef» pour ne pas négocier

«On veut négocier une nouvelle convention d'assurance chômage, mais à condition qu'on nous laisse la main», répond de son côté Michel Beaugas (FO). «La réalité, c'est que l'exécutif donne des gages au Medef qui n'a donc aucun intérêt à négocier avec les syndicats », déplore de son côté François Hommeril (CFE-CGC).

Et en effet,  le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a déjà jugé qu'«ouvrir une négociation ne servira à rien vu qu'elle n'aboutira[it] pas faute de diagnostic partagé avec les syndicats». Le ministre du travail a d’ailleurs annoncé une mise en oeuvre «avant la fin de l’année».

Insuffisant pour le Medef, dont le patron Geoffroy Roux de Bézieux, invité sur France 2 ce 7 septembre a invité le gouvernement à engager des concertations dès l'automne pour lancer la réforme de l’assurance retraite. «Il faut faire la réforme de l’assurance chômage», a réclamé le patron du Medef avant d’ajouter : «Dès qu’elle aura été terminée, c’est-à-dire à l’automne, il faudra engager les concertations sur la retraite».

«On est un pays qui a des protections sociales fortes»

«On est un pays qui a des protections sociales fortes, qui doit investir dans l’école, l’armée, la santé... La seule manière de financer [ces investissements], c’est la quantité de travail», a-t-il argumenté. Mais pas de planning particulier, pour le patron du Medef qui avait jugé fin août  qu'un tel chantier n'était «pas ce qu'il faut faire le 1er septembre».

Passer progressivement de 62 à 64 ans, 43 années de cotisations à partir de la génération 1966

Au gouvernement, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire répète régulièrement sa volonté de faire entrer la réforme en vigueur à l'été 2023 mais le sujet était absent du séminaire gouvernemental de rentrée la semaine dernière.

«La réforme des retraites sera un des éléments du débat du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), a annoncé pour sa part sur France Inter le président du Sénat Gérard Larcher, qui a rappelé la proposition de LR : «passer progressivement de 62 à 64 ans, 43 années de cotisations à partir de la génération 1966».

 

 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix