Beyrouth, après l'enfer

Le 4 août 2020, deux explosions successives dévastaient le port de Beyrouth. La seconde a même été comparée à Hiroshima. 300 000 personnes se sont retrouvées sans logement. RT était sur place dans les jours qui ont suivi ce tragique incident.

La complexité du Moyen-Orient est proverbiale, et le Liban, Etat multiconfessionnel, en est un bon exemple. Alors que le pays était déjà en proie à de nombreux troubles politico-économiques, que les Libanais manifestaient contre la corruption de la classe dirigeante, il suffisait d'un petit incident pour faire verser le Liban dans le chaos. 

L'incident a été gigantesque. Un stock de 2 750 tonnes de nitrate d'amonium a explosé dans un entrepôt du port de Beyrouth, faisant plus de 170 morts, 6 500 blessés et détruisant des infrastructures cruciales pour le bon fonctionnement du pays. 

Les équipes de RT, présentes sur place pour la réalisation d'un autre projet, sont allées à la rencontre des Beyrouthins dans les jours qui ont suivi cette tragédie. 

 

Découvrir plus de documentaires

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»