«Michel Sapin est un mauvais élève qui est content d'avoir eu 4/20 au lieu de 3/20 !»

La croissance de la France est nulle pour le deuxième trimestre de 2015© Stephane Mahe Source: Reuters
La croissance de la France est nulle pour le deuxième trimestre de 2015

Alors que l'Insee vient d'annoncer que la France avait connu une croissance nulle pour le second trimestre de 2015, Thierry Solère, député Les Républicains des Hauts-de-Seine s'agace de l'inertie du gouvernement et de sa «déconnexion» avec la réalité

RT: Quelle est votre réaction à cette croissance nulle au deuxième trimestre ?

Thierry Solère: Le problème de cette croissance à zéro, c'est que la France continue de détruire des emplois. Pour moi, l'essentiel du problème de l'économie française c'est son absence de compétitivité. D'ailleurs, on le voit en ce moment avec la crise de la filière porcine. Nous avons en France un niveau de charges sociales qui est trop important, cela se répercute inévitablement sur les prix de production et c'est le cercle vicieux qui s'enclenche: produits trop chers, pas assez de ventes, pas de vente pas d'embauche, pas d'embauche veut dire chômage, chômage égal baisse du pouvoir d'achat et de la consommation et donc au final pas de croissance !

RT France: Michel Sapin a déclaré que cette croissance nulle au deuxième trimestre confortait l'objectif qu'il s'était fixé de 1% pour 2015...

Thierry Solère: Moi, cela me rappelle un mauvais élève qui a d'ordinaire 3 de moyenne et qui un jour se retrouve avec un 4. Il se réjouit de cette bonne note...oubliant qu'il faut 10 pour avoir la moyenne ! Donc Michel Sapin, il a l'air toujours content de lui, mais malheureusement cela ne trompe personne, et le gouvernement nous a fait le même coup avec le chômage. Mais en attendant, on a 8 millions de pauvres, 6 millions de chômeurs, une croissance à 0 et des investissements dans les entreprises qui baissent. Cette déconnexion du gouvernement ne fait selon moi que rajouter de la colère chez des Français qui souffrent déjà beaucoup.

RT France: quelles solutions préconisez-vous pour faire repartir la croissance ?

Thierry Solère: La première, c'est la baisse du coût du travail. Lorsque votre patron vous paye 2000 euros, il supporte un taux de charges sociales d'environ 1800 euros. Donc vous lui coûtez 2000 euros plus 1800 euros. Il faut faire baisser ce taux de charges patronales afin que les entreprises baissent leurs prix et redeviennent compétitives. Dans ce cas-là,tout le monde sera gagnant: consommateurs -qui paieront moins cher- et producteurs -qui vendront plus.

Le second problème de la France, c'est la complexité administrative et normative. En fait, nous sur-transposons les directives européennes. En clair, nous allons plus loin que ce que nous demande Bruxelles...contrairement à nos voisins anglais, allemands ou espagnols ! A chaque fois, que vous avez une nouvelle norme à appliquer, cela a un coût qui se chiffre en dizaines de milliers d'euros pour les entreprises, qui compensent en augmentant leurs prix et vous retombez dans le cercle vicieux que je vous ai décrit. 

Enfin, le dernier problème de la France, c'est la fuite de ceux qui paient le plus d'impôts. Les derniers chiffres que l'on a, et qui datent de 2013, sont affligeants: 40% de hausse des départs fiscaux parmi ceux qui gagnent plus de 300 000 euros par an. C'est dramatique, parce que si vous avez 200 personnes qui payent 100 000 euros d'impôts qui s'en vont, il en faut des dizaines de milliers de salariés moyens pour pallier cette perte ! La conséquence de cette politique, c'est que le taux d'imposition monte mais les recettes fiscales de l'Etat baissent.

RT France: Comment voyez-vous l'avenir de la France ?

Thierry Solère:  Je pense qu'il faut vraiment changer de paradigme, de modèle et faire des réformes structurelles radicales. Il faudra avoir le courage de le dire aux Français au moment des élections et surtout avoir le courage de le faire. Moi, je crois que c'est que les Français attendent de la Gauche comme de la Droite. Le fait de rester immobile comme on le voit aujourd'hui, cela nourrit le populisme et l'abstention.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales