Migrants: la France hésite entre idéologie et pragmatisme, estime Dominique Jamet

Pour l'écrivain Dominique Jamet, il faut résoudre les problème de l'immigration en amont. Source: Reuters
Pour l'écrivain Dominique Jamet, il faut résoudre les problème de l'immigration en amont.

L'écrivain et journaliste décrypte pour RT France la crise des migrants de Calais. Estimant que l'Europe est inefficace et divisée, Dominique Jamet dénonce les accords de Schengen et égratigne la France, hésitante face à l'urgence.

RT France: Quelle est votre vision de la situation à Calais et ce, alors que des parlementaires anglais veulent faire appel à l'armée pour résoudre la crise ?

Dominique Jamet: Il y a plusieurs choses. S'agissant des recommandations émises par certains députés britanniques d'envoyer l'armée en France pour y rétablir l'ordre, ce ne sont que les rodomontades habituelles des journaux populaires anglais et il n'y a pas à attacher plus d'importance à ces déclarations qu'elles n'en méritent. Mais il est vrai que ces parlementaires se fondent sur une réalité qui, hélas est incontestable, à savoir l'incapacité du gouvernement français à faire face aux incidents qui ont eu lieu ces derniers jours à Calais et à la concentration d'immigrés dans la région.

RT France: Mais en ce moment, le gouvernement français et Eurotunnel se rejettent la faute mutuellement...

Dominique Jamet: Dans cette histoire, le gouvernement français ne me paraît pas de très bonne foi. Eurotunnel est ce qu'il est, mais il ne me semble pas qu'il ait été prévu dans le contrat de cette entreprise qu'elle serait confrontée à des circonstances aussi exceptionnelles et qu'elle serait obligée de faire la police ! Il me semble que la police et l'ordre public sont du ressort du gouvernement et non d'une entité privée, quelle qu'elle soit.

RT France: Que faut-il faire, à votre avis ?

Dominique Jamet: Peut-être faudrait-il prendre le problème plus en amont que ce que l'on fait ? Ce n'est pas au moment où se concentrent des milliers de malheureux à Calais et où, on les comprend parfaitement, ils cherchent à toutes forces à passer en Angleterre pour y trouver du travail, qu'il faut agir. C'est avant, aux frontières de l'Europe. La tragédie qui se déroule tous les jours à Calais attire l'attention sur le fait que la signature des accords de Schengen par la France est une erreur dramatique. Nous ne sommes plus les maîtres de nos frontières. A partir du moment où des immigrants, ou des clandestins, sont entrés à l'intérieur de l'Union européenne, on ne peut pratiquement plus les expulser. Il faudrait donc, soit dénoncer ou renégocier ces accords de Schengen, soit récupérer le contrôle de nos frontières. Mais le problème se pose encore en amont. L'afflux de ces centaines de milliers de malheureux en Europe, en France et à Calais s'explique par la misère, la faim et la guerre. Ce qui veut dire que ce n'est qu'en agissant sur ces causes fondamentales que l'ont peut résoudre ou essayer de résoudre ce problème terrible. Sur le plan militaire, c'est à défaire Daesh qu'il faudrait se consacrer -et le moins que l'on puisse dire c'est que l'on ne fait pas ce qu'il faut pour cela. Et sur le plan de la misère et de la faim, c'est seulement en lançant un plan d'aide au développement, comparable au plan Marschall après la Seconde Guerre mondiale, pour les pays émergents que l'on pourrait tarir la source de cette immigration. Ce n'est pas à Calais qu'est la solution, c'est en Erythrée, en Ethiopie, en Somalie, etc.

RT France: Que pensez-vous du rôle joué par l'Union européenne dans cette crise ?

Dominique Jamet: Deux raisons empêchent l'UE d'être efficace. La première c'est qu'il faudrait revenir sur les accords de Schengen, car actuellement l'Europe n'est pas une maison mais une passoire. La deuxième raison, c'est que tous les pays n'adoptent pas la même attitude. L'Allemagne ou le Royaume-Uni, par exemple, qui ont des situations économiques assez satisfaisantes ne s'inquiètent pas de la même façon que la France. Ces deux pays ne mettent pas la même ardeur à résoudre le problème, qu'ils le feraient s'ils étaient, comme la France, dans l'incapacité d'accueillir, de loger et d'employer ces migrants. Donc faute d'une politique commune et faute de revisiter les accords de Schengen, l'Union européenne reste inerte, divisée et inefficace.

RT France: Le Royaume-Uni, lui, pourrait tout de même se sentir plus concerné par cette crise...

Dominique Jamet: Ce n'est pas au moment où la Grande-Bretagne songe à relâcher ses liens avec l'Union européenne, qu'elle va s'impliquer dans des politiques communes avec d'autres pays européens. Le Royaume-Uni, va faire un effort financier pour aider à résoudre les problèmes d'ordre public qui se posent à Calais, mais l'Angleterre n'est pas disposée à aller beaucoup plus loin. David Cameron a annoncé hier qu'il comptait prendre des mesures pour décourager les migrants et l'on peut faire confiance au gouvernement britannique -qui n'est pas lié par les accords de Schengen- pour prendre les mesures qui s'imposent si la situation devenait gênante pour le pays. Le royaume-Uni pense déjà à l'intérêt de ses nationaux et n'est pas ligoté par toutes sortes de règlements européens et de prudence dite «humanitaires» qui empêchent d'agir.

RT France : Justement, pensez-vous que la France a une vraie volonté d'agir ?

Dominique Jamet: Le gouvernement francais n'arrive pas à concilier les considérations humanitaires -qui conduiraient à accueillir les migrants, les aider- et les considérations nationales d'intérêt public qui nous obligeraient à dire que nous ne sommes pas en état de faire face à un flux d'immigrants aussi important que celui qui déferle sur nous actuellement. Le gouvernement français est pris au piège. Il est dans la contradiction entre l'idéologie et la réalité. Je le crois totalement dépassé. Pour preuve à Calais, il ne sait pas quoi faire. 

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales