Economiste : c'est au tour des banques européennes de payer la dette grecque

Economiste : c'est au tour des banques européennes de payer la dette grecque Source: Reuters
Grec effectuant un retrait
Suivez RT France surTelegram

Seulement 10% des prêts ont atteint le peuple grec, le reste a été utilisé pour rembourser la dette aux banques européennes. Maintenant c’est à elles de rembourser les dettes grecques, estime Tim Jones, économiste à Jubilee Debt Campaign.

Plus de 90% des prêts du FMI et de l’UE ont été utilisés pour rembourser les banques et autres institutions financières, a confié Tim Jones. Cela signifie que cet argent est allé directement aux banques allemandes, françaises et britanniques qui évitent pour l’instant la responsabilité de cette crise. L’économiste suppose que la dette grecque doit être annulée et l’argent doit être récupéré des institutions financières qui en profitent ; les banques, les fonds spéculatifs et autres sociétés. 

Si la Grèce accepte l’accord avec les créanciers, les mesures d’austérité des cinq dernières années continueront et la crise ne terminera jamais. En attendant, la situation économique grecque est déplorable, Tim Jones rappelle que 25% de la population est au chômage, un tiers est tombé dans la pauvreté.

L’économiste explique aussi pourquoi l’UE et les Etats-Unis poussent la Grèce à accepter le système de renflouement : ils veulent continuer à ce que l’argent continue de rentrer dans les caisses des banques et fonds de pensions allemands, britanniques, français qui ont joué et spéculé sur la Grèce. «C’est le peuple grec qui souffre pour sauver des institutions financières qui sont logées en dehors du pays», fait remarquer l’expert. Une telle situation est déjà arrivée à plusieurs reprises à des pays en voie de développement, rappelle Tim Jones. «Si vous prêtez de l’argent, vous êtes aussi responsable. Si quelque chose va mal, vous devez accepter cette responsabilité», met en garde l’économiste.

Tim Jones se prononce pour le Grexit. Il voit des avantages non seulement pour la Grèce, mais aussi pour le reste de l’Europe qui «rétablira sa stabilité». Il donne l’exemple de l’Argentine qui a annoncé un défaut en 2002 et son économie a commencé à se redresser seulement six mois plus tard.

 Aller plus loin : La Grèce, premier pays développé à être en défaut de paiement

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix