Thierry Mariani : la politique étrangère américaine est porteuse de discorde et de chaos

Thierry Mariani Source: RIA NOVOSTI
Thierry Mariani

Interrogé sur l’Ukraine et le Moyen-Orient, le député des Républicains Thierry Mariani a approuvé les propos récents de François Fillon et décrit un réveil des consciences en Europe à propos de la politique néfaste de Washington dans ces régions.

RT France :Comment pouvez-vous, M. Mariani, commenter les déclarations de François Fillon mercredi sur BFMTV et RMC. En disant «les Etats-Unis embarquent l’Europe dans une croisade contre la Russie, ce qui est contraire aux intérêts de l’Europe elle-même», il n’exprime que sa propre position?

Thierry Mariani : Je pense qu’il exprime la position que je défends depuis longtemps mais qui désormais commence à être un peu reprise par certains en France. Regardez la page du Monde d’aujourd’hui, vous verrez que la page deux du journal sur l’Ukraine est très critique. On commence à avoir enfin en France un discours où certains commencent à ouvrir les yeux et à se rendre compte qu’il y a quand même une manipulation des Etats-Unis et une situation qui, en Ukraine, n’a rien d’idyllique et de parfait comme on pouvait nous le décrire il y a quelques mois encore.

Et d’autre part, les faits sur l’Ukraine sont évidents. On a aujourd’hui une partie de l’Europe poussée par les Etats-Unis qui veut à tout prix qu’on prenne l’Ukraine, notamment, dans l’Union européenne, et avant dans l’OTAN. Ce qui est, à mon avis, est contraire aux intérêts de l’Europe, de la France et même aux intérêts de l’Ukraine. Ainsi, quand François Fillon dit qu’on se laisse entraîner dans une croisade contre la Russie, je pense qu’il a totalement raison.

RT France : Pensez-vous aussi qu’«aujourd’hui, l’Europe n’est pas indépendante», comme l’a indiqué le député?

T.M. : Prenons deux exemples très précis qui prouvent à quel point l’Europe est tombée dans un piège. Le commerce extérieur entre l’Europe et la Russie a diminué l’année dernière alors qu’il a augmenté avec Washington. Cela veut dire qu’en clair, les Etats-Unis nous disent, surtout, faîtes le contraire de ce que je fais et continuent quant à eux à faire un maximum de business parce que ça les arrange.

D’autre part, en France, on nous a expliqué qu’il ne fallait pas surtout vendre les Mistral parce que, notamment, les hélicoptères c’était dangereux, etc. Moi, je constate que la société Dell est en train de s’installer à Iekaterinbourg, c’est-à-dire qu’en réalité, l’Europe se laisse entraîner stupidement par les Américains dans des sanctions où finalement, elle est la principale victime avec les Russes.

Et les élites françaises commencent à se poser des questions. Après une sorte d’«illusion lyrique» - pour reprendre l’expression d’André Malraux à propos à propos de la guerre civile espagnole - où tout était beau, où les gens qui avaient pris le pouvoir étaient de sincères révolutionnaires, un regard plus réaliste est en train de prendre le dessus. Quand on voit les nominations de ministres étrangers au gouvernement ukrainien, puis celle de Saakachvili à Odessa, il y a un moment où l’on s’aperçoit que l’Ukraine commence à être considérée par certains comme un territoire sous administration étrangère.

RT France : A part la situation de l’Ukraine, que pensez-vous de la politique américaine dans d’autre région, telles que le Moyen-Orient?

T.M. : Au Moyen-Orient, depuis 2003, depuis le fils Bush, les Etats-Unis nous entraînent vers le chaos. Jacques Chirac avait eu l’intelligence et la sagesse de refuser d’intervenir en 2003 et de nous éviter une présence dans une guerre coûteuse en vies humaines qui a déstabilisé le Moyen-Orient. Si on regarde la suite des interventions, depuis 2003, qui se sont faites dans cette zone, en invoquant tantôt les droits de l’homme, tantôt la démocratie, tantôt la lutte contre l’autoritarisme, on s’aperçoit qu’en réalité, à chaque fois, la conséquence a été le chaos, la perte de vies civiles en grand nombre et d’autre part, une déstabilisation de tout la région. C’est le résultat de la politique américaine, et ce sont les mêmes qui aujourd’hui d’ailleurs veulent à tout prix que le régime Bashar al-Assad soit renversé.

Ainsi, quand on regarde les effets de leur politique dans cette région, c’est une catastrophe généralisée et une déstabilisation qui a abouti à une catastrophe aussi pour l’Europe. Les millions de migrants qui fuient actuellement à travers la Turquie ou la Méditerranée sont une conséquence directe de cette politique.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales