Daesh propose aux jeunes un mode de vie qui donne un sens à la leur

Source: Reuters

Si Daesh recrute autant en Europe, c’est parce que les jeunes recherchent l’aventure, la gloire et le sacrifice, estime l’anthropologue Scott Atran, pour qui la perspective de créer un monde nouveau motive les jeunes gens qui rejoignent Daesh.

RT : Le message de Daesh, c’est que tout est mauvais et corrompu, qu’il faut changer le monde pour le rendre meilleur. Un message révolutionnaire, mais tout le monde dit que Daesh est quelque chose de mauvais, le diable de notre temps, sans pour autant proposer de cause alternative ou d’idées susceptibles de s’opposer aux slogans de Daesh.

Scott Atran (S.C.) : Vous mettez le doigt sur la question. Les propositions alternatives que j’entends aux Etats-Unis ou en Europe occidentale sont pathétiques. Cela se résume à dire : regardez, Daesh décapite des gens, les terroristes sont mauvais… Mais ne le savait-on pas déjà ? Si Daesh recrute des partisans, c’est parce qu’ils sont très intimes et qu’ils ratissent large. Ils ont fait venir des gens de près de 90 pays dans le monde et ils ont dédié des centaines, voire des milliers d’heures, sur une seule personne en leur parlant de leur famille, en disant par exemple à une jeune femme aux Etats-Unis : «Ecoute, nous savons que tu aimes tes parents, tes frères et sœurs. Nous savons combien cela sera difficile de les quitter mais il y des choses plus importantes à faire dans la vie, laisse nous te l’expliquer quand tu seras ici ». Et ils utilisent l’histoire personnelle, les frustrations, les doléances, les aspirations de chacun de ces individus et les relient à une cause globale, ce qui fait que cette frustration personnelle s’universalise en une indignation morale. Et tout cela est spécialement attirant pour des jeunes gens qui traversent des étapes de transition dans leur vie.

Emigrants, étudiants, chômeurs, des gens qui viennent de quitter leur famille et qui cherchent à créer la leur avec des amis. C’est sur cette catégorie d’âge que Daesh se concentre tout particulièrement. En guise de réponse, la plupart des pays du monde et l’establishment musulman appellent à la modération. Mais quiconque a eu des adolescent sait combien cela est inefficace.

RT : Est-ce qu’il s’agit alors d’une forme de rébellion de la jeunesse ?

S.C. : Tout cela s’adresse aux jeunes. Il est évident que la plupart des mouvements révolutionnaires sont dirigés par des aisés et instruits, en particulier par des médecins et des ingénieurs depuis XIXème siècle parce qu’ils peuvent montrer leur détermination et leur connaissance opérationnelle des choses. Mais oui, ils s’appuient sur des jeunes et leur esprit de rébellion, telle est la cible spécifique de l’Etat islamique. Il faut dire qu’ils véhiculent un message très positif. Bien sûr, notre presse et nos médias rapportent toutes les mauvaises choses qu’ils font, mais si l’on regarde de plus près ce que Daesh est en train de créer, on voit que ce groupe terroriste propose une société utopiste. Je veux dire qu’ils montrent des soldats en train de jouer avec des enfants et qui en même temps leur apprennent à tuer. Ils essayent de trouver un équilibre. Ils montrent un futur pacifique et harmonieux, du moins pour eux, mais aussi la brutalité qui est nécessaire pour l’atteindre.

 

RT : Mais on a pour habitude de croire que les jeunes veulent la liberté. Ils veulent s’amuser, faire l’amour, boire, etc… Mais ce que nous voyons chez Daesh, c’est une interdiction de ses loisirs non seulement pour les jeunes, mais pour tout le monde. Je ne comprends pas pourquoi Daesh attire autant de jeunes sachant qu’ils sont à la recherche de liberté et que l’Etat islamique ne leur en promet pas ?

S.C. : Je crois qu’ils pensent qu’ils seront libres. Mais au lieu d’avoir la liberté de faire des choses, ils seront libres en n’étant plus obligés de faire des choses. Leur vie sera bien organisée, pleine de promesses. Les terroristes envoient des invitations aux gens dans le monde entier. A Khartoum, une école médicale m’a appelé pour me dire que ses meilleurs élèves étaient partis monter un hôpital de campagne pour Daesh en Syrie. Ils m’ont demandé pourquoi. Et j’ai répondu que c’était une mission glorieuse et aventureuse qui leur permet de créer un monde tout à fait nouveau. Ils le font sous la menace et les gens plus créatifs sous la contrainte. Beaucoup de jeunes ne sont pas à la recherche de la liberté absolue dont vous parlez. Les choix sont trop importants, il y a trop d’ambiguïtés et d’ambivalences, trop de degrés de liberté… Ces jeunes sont à la recherche de sens et Daesh essaie de leur montrer une voie qui fait sens.

Lire aussi : Victimes de Daesh. Les esclaves de l’État Islamique racontent leurs histoires

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales