Le gouvernement libyen accuse l'Occident d’avoir plongé le pays dans le chaos (VIDEO)

Un home brûle une photo du premier ministre libyen en signe de protestation Source: Reuters
Un home brûle une photo du premier ministre libyen en signe de protestation

La crise en Libye se poursuit toujours, dans ce pays où deux gouvernements se disputent le pouvoir. Le premier ministre du gouvernement reconnu internationalement estime que la communauté internationale est responsable du chaos en Libye.

Les Nations Unies ont annoncé, ce mardi, la reprise d’un nouveau round de pourparlers de paix dans la semaine entre les parties libyennes, au Maroc. Les négociations ont pour objectif la mise en place d’un gouvernement d’union nationale.

A la veille des négociations au Maroc, les forces loyales au gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale ont effectué des frappes aériennes contre les positions des groupes rebelles. La capitale du pays, Tripoli, est contrôlée par le gouvernement rival «Aube libyenne». 

L'envoyé spécial de l'ONU en Libye, Bernardino Leon, a regretté les frappes aériennes, les qualifiant de tentative d'empêcher une nouvelle série de discussions entre les belligérants.

Les négociations sous l'égide de l'ONU ont repris au moment où la Libye est dans un état de chaos profond sur fond de combat entre les groupes armés pour le contrôle du pays. Le pays est actuellement partagé entre les deux gouvernements.

Le gouvernement internationalement reconnu se situe dans la ville de Tobrouk au nord-est de la Libye. Au mois de juillet, cette administration a été chassée de la capitale libyenne Tripoli par l’Etat islamique qui s’est alors déclaré seul gouvernement légitime.

Les combats entre les milices se poursuivent depuis l’intervention de l’OTAN en Libye en 2011 et la guerre civile qui en a découlé, chassant le colonel Kadhafi du pouvoir. A ce moment-là, l’Occident a salué cette intervention, considérée comme une victoire retentissante.

La secrétaire d’Etat américaine de 2009 à 2013 Hillary Clinton a même trouvé la chute du colonel libyen Mouammar Kadhafi amusante : «Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort», a-t-elle lâché dans un éclat de rire après avoir appris la mort du dirigeant libyen.

La nouvelle escalade du conflit en Libye a commencé en 2014, elle a fait 3000 morts et plus de 400 000 habitants ont été déplacés depuis 2014.

Cependant, le premier ministre libyen reconnu internationalement accuse maintenant les grandes puissances mondiales d’avoir laissé le pays dans un conflit qui le déchire. Dans une interview à nos confrères de RT Arabic, Abdallah al-Thani explique pourquoi.

«Suite à la chute du régime, il était nécessaire de créer des institutions gouvernementales, de former du personnel, de rétablir la discipline dans l’armée et dans les forces de sécurité. Nous continuons à répéter que la communauté internationale a négligé ses responsabilités», a souligné le premier ministre.

D’après Abdallah al-Thani, c’est la communauté internationale qui est responsable de tout ce qui se passe dans le pays en ce moment. «Le chaos actuel en Lybie, le bain de sang, les groupes terroristes, tout cela résulte du refus de la communauté internationale d’accomplir son rôle de créer une nouvelle société libyenne», a-t-il indiqué.

Selon Abayomi Azikiwe, le rédacteur en chef de la chaîne d'information Pan-African à RT, l’intervention occidentale en Libye a déstabilisé toute la région et entraîné une escalade du conflit.

«Suite aux bombardements, au blocus maritime et à la propagande mondiale anti-Kadhafi, nous avons une situation actuelle en Libye où il n’est même pas aisé de déterminer où se trouve l’autorité effective dans le pays», a expliqué le journaliste en soulignant que l’Occident a délibérément déstabilisé l’Afrique du nord et le monde arabe.

Abayomi Azikiwe est persuadé qu’il n’y aura pas de paix ou de stabilité jusqu’à ce que les gens eux-mêmes se réunissent et décident que cela est assez.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales