Bachar el-Assad : «Etats-Unis, Grande-Bretagne et France veulent affaiblir la Russie…»

Le président syrien Bachar el-Assad© Sergueï GouneevSource: RIA NOVOSTI
Le président syrien Bachar el-Assad

L’Occident utilise la même tactique en Syrie qu’en Ukraine pour affaiblir la Russie avec la création d’Etats fantoches, a déclaré le président syrien Bachar el-Assad, ajoutant que la Syrie était disposée à accueillir une base navale russe.

«Il y a un lien entre la crise en Syrie et la situation en . D’abord, parce que les deux pays sont importants pour la Russie. Deuxièmement, parce que dans les deux cas il y a le but d’affaiblir la Russie et de créer des Etats fantoches», a confié le président syrien à des journalistes russes.

Le président syrien a affirmé que l’Occident n’avait pas de solution politique à la crise en Syrie, déclarant qu’il s’intéressait seulement à abattre le gouvernement.

«Ils veulent nous transformer en marionnettes. Je ne crois pas que l’Occident ait une solution politique. Il ne la souhaite pas. Quand je dis l’Occident, je parle d’abord des , de la France et de la Grande-Bretagne. Les autres pays sont secondaires», a souligné le président syrien.

Bachar el-Assad a expliqué que son but, en tant que président, était de repousser avec succès les interventions étrangères dans son pays. «C’est clair que le devoir de chaque Etat est de défendre les intérêts de son peuple et de son pays. Et, bien sûr, le rôle du gouvernement est de réaliser tous ces intérêts», a-t-il expliqué.

«La Syrie salue l’expansion des bases navales russes»

Répondant à une question concernant l’installation navale russe dans le port syrien de Tartous, le président syrien a déclaré que son gouvernement soutiendrait l’idée de la rétablir et de la transformer en une base militaire, si  choisissait cette option.

«Nous saluons l’expansion de la présence russe dans de l'Est de la Méditerranée, en particulier près de nos rives et de nos ports», a-t-il affirmé.

L’installation navale à Tartous a été construite à l'époque de l'Union soviétique et a été principalement utilisée pour réparer et réapprovisionner les navires de guerre russes dans la Méditerranée. Depuis l’escalade de la crise en Syrie, tout le personnel militaire russe a été retiré de l’installation.

Bachar el-Assad a souligné que la présence russe avait apporté un certain équilibre dans la région. Il a même ajouté que dans le passé, plus l’influence de Moscou dans la région était visible, plus stable la région devenait.

«Envoyer des soldats de la paix en Syrie équivaut à reconnaître Daesh»

Les frappes aériennes conduites par les Etats-Unis contre les positions de Daesh en Syrie ne causent pas de dommages sérieux aux terroristes. Elles détruisent plutôt l’infrastructure civile dans le pays, a souligné le président syrien.

Le dirigeant syrien a critiqué la coalition pour le manque de qualité et la faible quantité de ses frappes aériennes. «Il est possible que certains pays impliqués ne veulent pas l’expansion de l’Etat islamique en Syrie et en Irak, mais en même temps, on ne dirait pas qu’il veulent en finir avec l’Etat islamique. Ils veulent utiliser cette organisation terroriste pour menacer et pour faire du chantage sur d’autres pays».

De plus, le président syrien a prévenu que la décision d’envoyer des soldats de maintien de la paix en Syrie était inacceptable et pourrait avoir des conséquences dangereuses.

«Une force de maintien de la paix est d’habitude déployée entre des pays qui sont en guerre. Et quand quelqu’un se prononce pour envoyer des soldats de maintien de la paix pour combattre Daesh, cela signifie de fait, la reconnaissance de Daesh comme un Etat. Cette rhétorique est inacceptable et dangereuse», a souligné Bachar el-Assad.

«La Syrie n’est pas en contact avec les Etats-Unis»

Le président syrien a annoncé aux journalistes russes que Damas n’avait pas de contacts directs avec les Etats-Unis et n’était engagé dans aucune négociation.

«Certaines idées ont été transmises par des parties tierces, mais cela ne peut pas être considéré comme un dialogue sérieux», a déclaré Bachar el-Assad, ajoutant que la seule option pour son pays était d’attendre un changement de la politique américaine.

Selon le président syrien, il y a deux camps politiques aux Etats-Unis. Le premier est pacifique et le second est plus radical et agressif. Le premier reste «minoritaire» tandis que le second décide de tout en politique étrangère.

Les bellicistes du second camp soutiennent entièrement les idées agressives comme l’intervention militaire directe des Etats-Unis en  et en Irak, ainsi que la livraison d’armes en Ukraine.

Pourtant, Bachar el-Assad a ajouté lors d’une interview à l’émission 60 Minutes diffusée sur le réseau de télévision CBS que la Syrie était ouverte au dialogue avec les Etats-Unis.

«En Syrie nous pouvons dire que le dialogue est une chose positive et nous allons être ouverts à tous les dialogues avec tout le monde, en particulier les Etats-Unis, examinant toutes les questions sur la base du principe du respect mutuel… sans que la souveraineté syrienne soit sous pression», a décalaré Bachar el-Assad.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales