Le chef de la diplomatie belge accusé de racisme pour un déguisement (PHOTOS)

Le chef de la diplomatie belge accusé de racisme pour un déguisement (PHOTOS) Source: AFP
Le Premier ministre belge Didier Reynders
Suivez RT France surTelegram

Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders a été la cible d’attaques par plusieurs minorités pour s’être peint le visage en noir à l’occasion d’une soirée caritative à Bruxelles.

Les participants se défendent en disant qu’ils s’étaient déguisés en nobles africains mais cette action a été qualifiée de «déplorable» et «honteuse».

Didier Reynders a participé à un événement de bienfaisance à  dont l’objectif était de recueillir des fonds pour aider les enfants, les écoles et les hôpitaux. Il s’est joint à une organisation baptisée Les Noirauds, qui a été fondée en 1876 sous patronage royal et qui s’occupe de collecter des fonds pour aider les enfants.

Sur son site, Didier Reynders a écrit : «La devise des Noirauds est "Plaisir et Charité". Nous avons fait les deux cette année dans le cadre d’un événement amusant et jovial auquel je suis content d’avoir participé».

Le chef de la diplomatie belge accusé de racisme pour un déguisement (PHOTOS)
Capture d'écran du site http://www.didierreynders.be

Les participants se sont déguisés avec ce qu’ils affirment être des costumes de la noblesse africaine du XIXème siècle. Pour le faire, ils ont mis un chapeau haut-de-forme blanc, des pantalons verts et des chaussettes blanches.

L’opinion publique a été outragée par ces informations, nombreux sont ceux qui ont donné leur avis sur Twitter.

Peter Bouckaert, directeur des urgences chez Human Rights Watch, une ONG qui s’occupe de la protection des droits des populations civiles lors des conflits armés, a fustigé la démarche de Reynders sur le réseau.

Cependant, les actions du ministre n’ont pas suscité de tempête politique en , le parti écologiste ayant estimé que Les Noirauds faisaient partie d’un folklore inoffensif. Mais certaines minorités et les Belges d’origine africaine ne sont pas de cet avis et ont fermement critiqué le chef de la diplomatie.

«Dans d’autres pays civilisés, sa carrière politique ne se serait jamais rétablie après ça, mais en Belgique, c’est comme si rien ne s’est passé», a déclaré une écrivaine d’origine nigériane.

Pendant plus d’un siècle, la République démocratique du Congo actuelle faisait partie de l’empire colonial de Belgique. Cet Etat riche en ressources naturelles, 75 fois plus grand que la Belgique, a été saccagé à cause de ses minéraux et de ses bois, des millions d’habitants indigènes sous le règne du roi des belges Léopold II.

En 1960, le Congo a accédé à l’indépendance, mais ses anciens colonisateurs belges sont restés impliqués dans les affaires intérieures du pays.

En 2002, Bruxelles a reconnu son implication dans l’assassinat de Patrice Lumumba en 1961, le premier Premier ministre du Congo indépendant. Ce meurtre avait été provoqué par la crainte de Bruxelles de perdre le contrôle des larges ressources naturelles de son ancienne colonie.

La controverse née autour de Didier Reynders ressemble à celle qui a émergé aux Pays-Bas sur le personnage de Père Fouettard (Pierre le Noir, traduit à la lettre depuis le néerlandais) qui fait partie des célébrations annuelles de la Saint-Nicolas qui a lieu le 5 décembre.

Ce personnage grime normalement le visage en noir. Il est considéré comme le valet de Saint-Nicolas.

Mark Rutte, le Premier ministre néerlandais, a rejeté les accusations de xénophobie et d’insularité prononcées à l’encontre de son pays à cause de ce personnage.
«Pierre le Noir : le nom nous dit tout. Il est noir», a déclaré Mark Rutte à l’agence Reuters, et le Premier ministre d’ajouter : « Je ne peux pas le changer».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix