Des manifestants ont affronté les forces de sécurité italienne à Bologne (VIDEO)

© Capture d'écran du compte de Twitter ‏@SimonaBordonali

Le 8 novembre, les partisans du parti de la Ligue du Nord se sont battus dans les rues de Bologne, dans le nord de l’Italie, avec la police lors d’une manifestation antigouvernementale.

Malgré les 600 policiers déployés dans la ville, les participants à la manifestation antigouvernementale ont frappé les forces de l’ordre à coups de bâtons.

 

Les heurts se sont déroulés sur la place Maggiorre où le cordon policier a barré la route à une centaine de manifestants. Selon les estimations, au moins un policier a été blessé et plusieurs personnes ont été arrêtées.

Dimanche, plusieurs milliers d’Italiens se sont réunis pour manifester contre la politique de leur gouvernement et de leur Premier ministre Matteo Renzi. Une grande partie d’entre eux brandissaient des drapeaux, et notamment celui de la Padanie, du nom de l’Etat qu’ils souhaitent créer en regroupant plusieurs régions du Nord de l’Italie.

Le chef de la Ligue du Nord, Matteo Salvini, qui est devenu très populaire en Italie a parlé de la tribune, de même que Silvio Berlusconi, présent à l’événement.

L'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a présenté un programme qui prévoit «moins d'Europe».

«Notre programme s'articule autour de trois moins et de trois plus. Moins d'impôts, moins d'Etat et moins d'Europe pour plus d'aide à ceux qui en ont besoin, plus de garanties pour tous, plus de sécurité», a-t-il précisé l’ancien président du Conseil italien.

Lors de son discours, il a même évoqué le sujet des impôts et des sanctions contre la Russie. «Etes-vous encore disposés à supporter une Europe qui nous impose des impôts et l'austérité? Etes-vous encore disposés à supporter une Europe qui nous impose des sanctions contre la Russie avec les dommages qui en découlent pour l'économie italienne ?», a demandé Berlusconi à la foule.

Matteo Salvini a, pour sa part, attaqué le gouvernement de gauche de Matteo Renzi et qualifié le ministre de l'Intérieur de «crétin inutile et incapable».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales