L’Allemagne paye toujours la pension d’anciens combattants espagnols engagés aux côtés des nazis

Un casque d'un soldat allemand pendant la Deuxième Guerre mondiale Source: Reuters
Un casque d'un soldat allemand pendant la Deuxième Guerre mondiale

Un accord, dénoncé par le parti Die Linke, avait été passé en 1961 avec le dictateur espagnol Franco afin d’assurer la pension d’anciens volontaires espagnols ayant combattus aux côtés d'Adolf Hitler… Et il n’a jamais été abrogé par la suite.

La somme versée par le gouvernement allemand aux anciens combattants de la «Division Azul» s’élevait l’an passé à quelques 107 000 euros, répartis entre 41 vétérans, huit veuves, et un orphelin, affirme le site d’actualité The Local.

C’est le parti politique Die Linke, qui a récemment amené le sujet sur la table, en posant une question à ce sujet au Parlement allemand. Andrej Hunko, un membre de la formation de gauche a expliqué au site que «même si la somme de 100 000 euros semble petite, c’est un scandale que le gouvernement, aujourd’hui, indemnise volontairement des gens qui étaient impliqués dans la guerre des Nazis contre l’Union soviétique».

La Division Azul (bleue en français) était composée de plus de 47 000 volontaires espagnols qui se sont engagés, entre 1941 et 1944, à combattre le communisme sur le front de l’Est aux côtés des troupes nazies. En 1961, le chancelier allemand de l’époque, Konrad Adenauer, avait conclu un accord avec le dictateur espagnol Franco sur le versement d’une pension à ces soldats. En échange, l’Espagne s’était engagée à payer un dédommagement aux veuves des membres de l’aviation hitlérienne, la Légion Condor, qui avaient bombardé le pays durant la Guerre civile espagnole de 1936 à 1939.

Lire aussi : Les héritiers de Goebbels toucheront des royalties sur la publication de son journal

Vraisemblablement, aucun chef d’Etat allemand n’a ensuite abrogé cet accord. The Local a tenté d’obtenir une réaction de la part de l’actuel ministre allemand du Travail et des Affaires sociales, mais celui-ci s'est refusé à tout commentaire pour l'instant.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales