Portugal : l’alliance de la gauche pourrait faire chuter le gouvernement

Le Parlement portugais se prépare à vivre un mardi agité...© Capture d'écran du site s1.lemde.fr
Le Parlement portugais se prépare à vivre un mardi agité...

Le Bloc de gauche ainsi que le Parti communiste ont annoncé avoir trouvé un accord avec le Parti socialiste. Une alliance qui pourrait entraîner la démission du gouvernement de droite.

C’est un nouveau rebondissement dans le paysage politique portugais. Et celui-ci pourrait être fatal à Pedro Passos Coelho, Premier ministre arrivé au pouvoir à l’issue des élections législatives du 4 octobre. Car une union inédite entre les socialistes, communistes, le Bloc de gauche ainsi que les écologistes se dessine. Ensemble, ils disposent de 122 députés sur les 230 que comptent le parlement. De quoi obtenir, à l’aise, la majorité absolue.

Après la polémique

«Les conditions sont réunies pour mettre fin au gouvernement de la coalition de droite et permettre la formation d'un gouvernement du PS, la présentation de son programme et son entrée en fonctions» s’est réjoui le Parti communiste portugais (PCP) dans un communiqué. Il faut dire que le président Anibal Cavaco Silva avait choqué une partie de l’Europe en rejetant le projet de gouvernement que les gauches, majoritaires aux législatives, lui avaient présenté. Certains observateurs avaient alors pointé un déni de démocratie, Jacques Sapir allant jusqu’à parler de «coup d’état silencieux».

Si les communistes ont décidé de s’allier aux socialistes, c’est parce qu’ils pensent qu’ils seront «en mesure d’adopter une politique qui assure une solution durable» et ainsi mettre fin «à la politique de destruction du pays» menée par la droite.

Motion de censure

Le parti communiste se réunit dimanche en Comité central afin d'approuver l’accord avec le PS. Ces derniers, de leur côté, seront en Commission politique à la veille du débat au Parlement sur le programme du gouvernement.

Si l’alliance voit effectivement le jour, les différents protagonistes pourraient tous voter une motion rejetant le programme du gouvernement et le pousser ainsi à la démission. Ce sera mardi.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales