Au moins 27 morts dans l'incendie d'une discothèque à Bucarest, la sécurité en cause

- Avec AFP

Les victimes ont été prises en charge par les services de secours. Source: Reuters
Les victimes ont été prises en charge par les services de secours.

Des jeunes assistaient à un concert de rock dans une boîte de nuit quand un violent incendie s'est déclaré. Le bilan est très lourd, mais pourrait encore s'aggraver. Selon le gouvernement, la réglementation n'aurait pas été respectée.

Au moins 27 personnes sont mortes, vendredi soir dans une discothèque de Bucarest, en Roumanie, après qu'un violent incendie se soit déclaré durant un concert de rock. Environ 200 personnes, des jeunes pour la plupart, s'étaient donné rendez-vous dans la boîte de nuit «Colectiv» pour le concert d’un groupe de hard-rock local.

Durant le concert, vers 23 heures locales, un show pyrotechnique prévu par le groupe a, semble-t-il, mal fonctionné. Selon des témoins cités par les médias locaux, une explosion s'est produite et un violent incendie s'est alors déclenché, le plafond s’embrasant et semant la panique dans la foule.

«Les gens s'évanouissaient, ils s'évanouissaient à cause de la fumée. C'était un chaos total, les gens se piétinaient», a expliqué Victor Ionescu, un témoin du drame, à une chaine de télévision locale. Un autre témoin, Alin Panduru, parle, lui d’un feu qui s'est propagé «en l'espace de 30 secondes. Les gens n'ont pas pu sortir de la discothèque car il n'y avait qu'une seule sortie ouverte et que la bousculade s'est produite immédiatement».

Selon un communiqué du ministère de l'Intérieur, la plupart des victimes sont des jeunes adultes ou des adolescents. 162 d'entre eux ont par ailleurs été blessés et conduits dans différents hôpitaux de la capitale roumaine. Mais le bilan pourrait encore s'alourdir. De source hospitalière, au moins 25 personnes se trouvent dans un état très grave. De plus, l'identification des victimes se fait avec beaucoup de difficultés, car la plupart d'entre elles n'avaient pas de documents d'identité sur elles. 

Une enquête est actuellement en cours, mais il s’agit d’ores et déjà de l’un des accidents les plus graves de ces dernières décennies en Roumanie, a déploré le ministre roumain de l'Intérieur, Gabriel Oprea. «C'est une grande tragédie», a déclaré le ministre.  

«Je suis ébranlé et ma douleur est profonde suite à la tragédie qui a eu lieu ce soir dans le centre de la capitale. C’est un moment très triste pour notre nation», a réagi le président roumain Klaus Iohannis sur sa page Facebook. Le président a par ailleurs assuré les familles de «sa solidarité et sa compassion».

Il a toutefois estimé que cet incendie pourrait avoir été causé par une infraction à la législation. «Nous avons déjà des indices montrant que les obligations légales n'ont pas été respectées», a déploré le président. «J'espère que les autorités mèneront leur enquête avec rapidité et fermeté», a-t-il ajouté.

Sur les réseaux sociaux, une page Facebook a été créée pour encourager les Roumains à donner leur sang.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales