Une palestinienne abattue par des soldats israéliens à l’entrée d’une mosquée à Hébron

Le Tombeau des Patriarches à Hébron Source: Reuters
Le Tombeau des Patriarches à Hébron

Des militaires israéliens ont tiré ce dimanche sur une femme palestinienne, qui aurait planifié d’attaquer à des soldats stationnés près du Tombeau des Patriarches à Hébron, ont fait savoir les médias locaux. La femme serait décédée sur place.

D’après les représentants de la police israélienne cités par The Jerusalem Post, la femme s’apprêtait à entrer dans ce lieu de culte juif et musulman, mais «agissait de manière suspecte». Au moment où on lui a demandé ses papiers, elle aurait «soudain sorti un couteau et commencé à s’approcher des policiers en hurlant», ont fait savoir les autorités.

Les policiers ont ensuite tiré sur la prétendue terroriste et l’ont tuée. La femme n’a eu le temps de blesser personne.

Attention :  les images ci-dessous peuvent heurter le sensibilité.

D’après les informations visibles sur les réseaux sociaux, les soldats israéliens auraient refusé à une ambulance palestinienne de s’approcher de la victime, qui était encore vivante à l’arrivée des secours.

Plus tôt dimanche, un palestinien a blessé à l’arme blanche un civil israélien près de la colonie de Mezad, au nord-est d'Hébron. La victime a survécu à ses blessures, alors que l’agresseur a pu s’échapper de la scène.

La veille, un autre palestinien a été abattu par des tirs israéliens après avoir tenté de poignarder un garde d'une compagnie privée posté à un check-point entre le nord de la Cisjordanie et Israël, a fait savoir l’AFP.

Ces incidents ne sont que les plus récents épisodes d’une série d'attaques à l'arme blanche commise par des Palestiniens isolés contre des soldats, des policiers et des civils israéliens.

Qu’est-ce qui a provoqué la dernière vague de violence ?

Le 12 septembre, le ministre israélien de la Défense, Moshe Yaalon, a interdit aux hommes palestiniens de moins de 50 ans d’accéder à l'Esplanade des Mosquées, que les Juifs appellent le «Mont du Temple», mais qui abrite aussi la mosquée Al-Aqsa. Une interdiction qui avait fait monter les tensions dans cette zone. Le mouvement «mourabitoun», composé d'hommes et de femmes palestiniens, a accusé à son tour le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou de vouloir briser le statu quo de l'Esplanade des mosquées qui permet aux Palestiniens d’accéder à l’Esplanade alors que les juifs peuvent se recueillir devant le Mur des lamentations qui la soutient. Des accusations que Moshe Yaalon s’est empressé de démentir.

En savoir plus : La police israélienne a pris d'assaut la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem (VIDEO)

Durant les trois jours qui ont suivi ces événements, de violents affrontements ont eu lieu sans interruption entre Palestiniens et forces de l’ordre israéliennes à proximité de l’Esplanade des mosquées.

En savoir plus:Jérusalem : la mosquée al-Aqsa en feu au troisième jour de heurts (VIDEO)

Depuis le début du mois d’octobre, au moins 10 israéliens ont péri dans des fusillades et des attaques au couteau, alors que plus de 50 Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales