Erdogan moque les candidats au Nobel pour «30 000 réfugiés» quand ils sont 2,5 millions en Turquie

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan Source: Reuters
Le président turc Recep Tayyip Erdoğan

Alors que la Turquie et l'UE ont signé une accord de coopération, le président turc a raillé le fait qu'Angela Merkel ait été favorite pour le prix Nobel pour sa politique envers les migrants alors que la Turquie accueille 2,5 millions de réfugiés.

A deux jours de la venue d’Angela Merkel en Turquie, le président turc Recep Tayyip Erdogan a visiblement décidé de ne pas mettre de gants. Le président Erdogan a ainsi raillé la présence d’Angela Merkel sur la liste des potentiels récipiendaires du prix Nobel pour sa politique envers les réfugiés. «Certains disent "on va accepter 30.000, 40.000 réfugiés" et après, pour une raison qui m'échappe, on les présente comme des candidats au Nobel», a déclaré le président turc.

Cette déclaration du Président turc intervient alors qu’un plan d’action commun a été conclu entre la Turquie et l’Union européenne la nuit dernière. L’occasion pour le Président Erdogan de rappeler que son pays est sûrement l’un des plus impliqués dans l’accueil des réfugiés.

Ce plan prévoit notamment, selon Bruxelles, de nouvelles discussions portant sur la candidature de la Turquie à l'UE, un accès facilité aux visas pour les citoyens turcs et une aide financière. En contrepartie, la Turquie accepterait d'accueillir davantage de réfugiés et de renforcer la surveillance des frontières et la lutte contre les réseaux de passeurs, a précisé la Commission. Le Président Erdogan n’a, en revanche, pas donné son avis sur ce plan lors de cette interview.

Cette déclaration est, pour Recep Tayyip Erdogan, l’occasion de rappeler que son pays est sûrement l’un des plus impliqués dans l’accueil des réfugiés. Il y aurait ainsi en Turquie «2,5 millions de réfugiés», dont 2,2 millions de syriens. «Nous supportons tout le coût financier», a-t-il ajouté, affirmant que la Turquie avait dépensé huit milliards de dollars depuis le début de la crise syrienne, un chiffre bien supérieur à «l'aide internationale de 417 millions de dollars».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales