Libération confond une compagnie de téléphone israélienne avec la ville natale d'un terroriste

La ville inexistante de Bézek a été placée à l'Ouest de Jérusalem.© Capture d'écran facebook
La ville inexistante de Bézek a été placée à l'Ouest de Jérusalem.

Lost in translation. Le quotidien français Libération a mal interprété une traduction en prenant le nom d'une compagnie de téléphone basée en Israël pour un village dont serait originaire un dangereux terroriste.

Mardi dernier, un homme prénommé Alaa Abou Jamal, résidant à Jérusalem-Est a tué un homme et en a blessé un autre en fonçant avec son véhicule dans la foule en plein centre-ville. Il est ensuite sorti avec une machette pour tenter d'achever l'homme blessé, avant d'être abattu par un garde de sécurité.

Il s'est avéré plus tard que le forcené était un employé de la compagnie de télécommunications et opérateur Internet israélien «Bezeq». L'information a été relayée par de nombreux médias du monde entier, y compris «Libé».

Sauf que les journaliste du célèbre quotidien français, qui visiblement n'avaient aucune idée de ce qu'étaient ce fameux «Bezeq» ont décidé qu'il s'agissait probablement de la ville de résidence du terroriste.

Après avoir francisé le nom en «Bézek», un journaliste a même réalisé une carte en choisissant de placer ce village pourtant inexistant, à l'Ouest de Jérusalem.

S'étant rendu compte de cette petite erreur, la rédaction a modifié son article peu de temps après sa publication. Les internautes ont néanmoins eu le temps de poster quelques commentaires humoristiques : 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales