Un photographe hongrois sous le feu des critiques après des photos de mode «style réfugiés»

Une galerie photo intitulée «Der Migrant», capture d'écran du site de Norbert Baksa
Une galerie photo intitulée «Der Migrant», capture d'écran du site de Norbert Baksa

Norbert Baksa, un photographe de mode hongrois, a publié une galerie photo intitulée «Der Migrant» qui montre une modèle en vêtements de marque représenter une réfugiée près d’une clôture barbelée, ce qui n’a pas manqué de faire réagir.

Les photographies, mettant en scène la modèle Monica Jablonczky, se fonderaient parfaitement sur les pages en papier glacé d’un magazine de mode présentant la nouvelle collection d’un couturier… Sauf que ces photos ont été prises près d’une clôture symbolisant la frontière hongroise avec, sur certains clichés, un homme en uniforme agissant de manière violente avec la pseudo réfugiée.

Au lieu d’envoyer les fashionistas dans les boutiques pour acheter des foulards de luxe, les photos de la jeune femme en robe longue, sa tête couverte par des foulards de couturier, ont été immédiatement qualifiées de «complètement malades».

Alors que ce mélange des genres a laissé stupéfaits beaucoup de gens, majoritairement de manière négative, le photographe a tenté de se défendre en affirmant que son travail visait à attirer plus d’attention sur l’actuelle crise migratoire.

Bien que les photos controversées soient uniquement publiées sur Twitter et Instagram, le photographe a déjà reçu «beaucoup de demandes de publication depuis différents pays».

«Ces photos ne cherchent pas à glamouriser cette situation clairement dramatique, mais à attirer l’attention sur le problème et provoquer la réflexion», a souligné Baksa dans une déclaration sur son site, en ajoutant que son équipe «ne voulait offenser personne» et s’est efforcée de respecter la foi et les convictions de chacun pour ne pas franchir certaines limites.

En savoir plus : La Hongrie va demander à l'ONU des «quotas mondiaux» pour les réfugiés

Son effort d’attirer l’attention à la complexité du problème a en effet provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, les internautes jugeant de «très mauvais» l’état d’un monde où un tel art existe.

Le photographe, pour sa part, a mis en relief que les gens à l’extérieur de la Hongrie ne peuvent pas se faire une idée précise de la situation de ses habitants. Son travail est «la reproduction de ce qu’on voit dans les médias», il a ainsi suggéré qu’alors que les uns montrent des réfugiés qui sauvent leur vie, les autres présentent des migrants agressifs ou des terroristes».

En savoir plus : Des sociétés allemandes refusent de vendre les barbelés pour la clôture antiréfugiés hongroise

Des centaines de milliers de réfugiés sont récemment entrés en Hongrie sur leur chemin vers l’Union européenne, ce qui a été qualifié de «pire crise migratoire depuis la Seconde Guerre mondiale». Les autorités hongroises ont érigé une clôture barbelée pour arrêter l’afflux de réfugiés, alors que le parlement a adopté une loi qui permet de déployer l’armée pour faire face à la situation.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales