Pour Tony Blair, les idées radicales sont largement partagées par les musulmans du monde entier

Tony Blair à New-York, le 6 octobre© Brendan McDermid Source: Reuters
Tony Blair à New-York, le 6 octobre

L'ex-Premier ministre britannique s'est exprimé le 6 octobre à New-York au Mémorial consacré aux attentats du 11/09/2001. Dans son discours, il a déclaré que les idées radicales gagnaient du terrain chez les musulmans et qu'il fallait les combattre.

«Les théories du complot qui éclairent la plupart des écrits djihadistes reçoivent un appui important, et même parmi la population générale de certains pays musulmans», a averti Tony Blair, le 6 octobre à New-York, avant de poursuivre: «Il y a des millions d'écoliers tous les jours dans les pays du monde entier – et pas seulement au Moyen-Orient – à qui l'on enseigne une vision du monde et de la religion qui est bornée, ce qui est préjudiciable mais dans le contexte d'un monde globalisé, cela devient dangereux».

L'ex-Premier ministre britannique, qui s'exprimait publiquement au mémorial consacré aux attentats du 11 septembre 2001 à New-York a donc expliqué qu'il était nécessaire de «contrer» ces discours endoctrinants et largement partagés selon lesquels le seul but de l'Occident est «d'oppresser l'islam», et ce même si, a-t-il dit, «cela peut apparaître comme une attaque contre les musulmans et non contre les seuls extrémistes».

«Si les jeunes sont éduqués dans l'idée que les juifs sont mauvais ou que toute personne qui a un point de vue différent que celui enseigné dans sa religion est un ennemi, il est évident que cette vision conduira, dans certaines circonstances, à un passage à l'acte», a détaillé Tony Blair. «La réalité, c'est que dans certaines parties de la communauté musulmane un discours profondément hostile à la coexistence pacifique a pris une grande ampleur», a souligné l'ancien locataire du 10 Downing Street.

Lire aussi: Huit ans pour quel résultat? Tony Blair abandonne son poste Huit ans pour quel résultat? Tony Blair abandonne son poste d’émissaire pour la paix au Moyen-Orient

Des paroles qui devraient connaître une certaine résonance dans la communauté musulmane, directement visée par l'ex-Premier ministre britannique.

Ce dernier, qui vient de prendre la tête du Conseil européen pour la tolérance et la réconciliation, un organisme chargé de combattre l'antisémitisme, est vivement critiqué pour son manque de résultats au Proche-Orient, en tant qu'émissaire pour la paix. Un livre à charge l'accuse d'avoir surtout profité de sa position pour faire des affaires dans la région.

Aller plus loin: Lutte contre l'antisémitisme : Tony Blair a trouvé un nouveau job !

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales