L’Ukraine interdit aux compagnies aériennes russes d’effectuer des vols vers son territoire

Les avions de la société russe Aeroflot Source: RIA NOVOSTI
Les avions de la société russe Aeroflot

Le Conseil des ministres ukrainien a décidé d’interdire tous les vols des compagnies russes vers son territoire, ainsi que le transit des avions russes à vocation militaire.

«Les avions aux couleurs de la Russie n’ont rien à faire dans les aéroports ukrainiens», a commenté le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk.

L’interdiction des vols, imposée «conformément à la décision du Conseil de sécurité de l’Ukraine», touchera «en premier lieu les sociétés Aeroflot et Transaero», les deux plus grands transporteurs aériens de la Russie, lit-on dans le message du service de presse du gouvernement.

Mis à part les vols à destination de l’Ukraine, tous les vols russes transitant par son territoire sont également interdits «s’ils transportent des chargements à vocation militaire où des troupes russes», précise le communiqué.

En savoir plus : Aeroflot compte acheter Transaero, première compagnie privée russe, pour un rouble symbolique

Cependant, la société Aeroflot n’a pas encore reçu de notification officielle concernant une interdiction des autorités aériennes de l’Ukraine, a fait savoir la société sur Twitter, tout en promettant de rembourser les passagers le cas échéant.

Les nouvelles restrictions concernent également les logiciels russes, comme le fameux anti-virus Kaspersky, qui sera banni dans les établissements publics ukrainiens. D’après la société de recherche IDC, la société «Laboratoire Kaspersky» occupait 50% du marché ukrainien.

En savoir plus : La NSA et le GCHQ ont visé Kaspersky et d’autres sociétés de cybersécurité, rapporte Snowden

Moscou répondra par des mesures analogues

«Si les intentions [du gouvernement d’Arseni Iatseniouk] seront mises en oeuvre sous le forme de documents concrets des autorités aériennes de l’Ukraine, l’administration de Russie sera contrainte de répondre par la pareille», a déclaré vendredi aux journalistes le ministre russe des transports.

D’après le responsable, ce sont en premier lieu les citoyens ukrainiens qui souffrirons de ces mesures, qui entraîneront de facto «l’interruption de toutes les liaisons aériennes entre les deux pays». «Je souligne néanmoins que les actions des autorités ukrainiennes nous poussent à agir», a ajouté Sokolov.

Une décision qui risque de coûter cher

Suite à l’imposition de ces mesures, l’aéroport international de Kiev «Jouliany» pourrait perdre jusqu’à 30 % de ses revenus, a déclaré à l’agence Interfax son PDG Denis Kostrjevski.  D’après le service de presse de l’aéroport, de 25 à 35% de ses passagers volent sur des avions de compagnies russes.

En ce qui concerne les possibles contre-mesures de la Russie, la société Ukraine International Airlines a elle aussi déjà évalué les dégâts potentiels. D’après le service de presse de la société, l’interdiction éventuelle d’utiliser l’espace aérien russe lui coutera plus de 31 millions d’euros par an. Le deuxième aéroport international de Kiev pourrait, quant à lui, voir son trafic de passagers se réduire de 299 000 personnes par an.

Les sociétés russes effectuent chaque semaine 122 vols vers différents aéroports ukrainiens.

En savoir plus : Le Salon international aérospatial MAKS-2015 se déroule dans la région de Moscou

Auparavant, le gouvernement ukrainien a annoncé préparé l’extension de la liste des sanctions contre les sociétés et personnes physiques russes, adoptée la semaine dernière par le Conseil de sécurité du pays.

Le premier lot de sanctions concernait les société bancaires, aériennes et médiatiques russes et étrangers et leur imposait des restrictions financières et autres sur le territoire ukrainien.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales