En Allemagne, les partisans pro-migrants et anti-migrants s’affrontent dans la rue (VIDEO)

Les membres de BAERGIDA, antenne berlinoise de PEGIDA, défilent à Berlin Source: Reuters
Les membres de BAERGIDA, antenne berlinoise de PEGIDA, défilent à Berlin

L’Allemagne est encore une fois submergée par des mouvements d’envergure contre l’immigration de masse permise par le gouvernement, qui s’opposent souvent à des contre-protestations.

Ce sont les partis d’extrême droite qui sont les plus opposés à la politique de «portes ouvertes» des autorités allemandes, en organisant régulièrement des manifestations à travers le pays. Lundi, près de 10 000 sympathisants de PEGIDA (Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident) ont défilé à travers Dresde, où ce groupe a été fondé, pour protester contre la vague de migrants qui déferle sur l’Europe et, en particulier, l’arrivée de réfugiés musulmans en Allemagne. En défilant dans les rue de Dresde, ils ont pourtant été suivis de contre-protestataires, tenant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire «les réfugiés sont les bienvenus».

Alors que dans cette ville allemande, la manifestation a été relativement pacifique, cela n’a pas été le cas à Dortmund, où des affrontements ont éclaté entre une quarantaine d’activistes de droite, rassemblés par le parti «Die Rechte» dans une manifestation contre les migrants, et des militants antinazis. Même si l’envergure de l’événement n’était pas comparable avec celui de Dresde, plusieurs arrestations ont eu lieu alors que des antinazis ont jeté des pierres sur la voiture des organisateurs du rassemblement.

Lundi, la situation a également été tendue à Berlin, où l’antenne locale de PEGIDA – BAERGIDA – a appelé à une marche dans les rues de la capitale, auquel une centaine de manifestants d’extrême droite ont répondu. Leur but est de dénoncer la propagation de l’islamisme en Europe, des échauffourées avec la police ont émaillé le rassemblement.

Cette vague de protestations, qui a commencé il y a plusieurs mois, fait suite à la décision de l’Allemagne d’accueillir les réfugiés qui affluent en grand nombre dans le pays, ce qui a provoqué des réactions vindicatives de la part des groupes d’extrême-droite.

En savoir plus : Allemagne, deuxième jour de manifestations contre l’ouverture d’un centre de réfugiés à Heidenau

«Nous ne croyons pas que les réfugiés sont mauvais, nous accusons les politiques pour avoir submergé l’Allemagne d’un grand nombre de migrants, essentiellement des jeunes hommes musulmans. Le gouvernement assume des risques irresponsables, vu que personne ne peut prédire comment ils se comporteront à l’avenir», a raconté à RT un protestataire à Berlin.

D’autres ont soutenu les réfugiés arrivant dans le pays, dénonçant l’hostilité ambiante. «Je crois que les gens ont tout simplement peur. La situation dans le monde se détériore et il s’agit en fait de la peur de perdre ses acquis», a estimé un participant de la marche à Munich.

L’Allemagne, avec ses 80 millions d’habitants, s’apprête à accueillir quelques 800 000 demandeurs d’asile d’ici la fin de 2015, selon les estimations des autorités. Près de 410 000 ont déjà soumis leurs demandes depuis le mois de janvier, alors que plus de 100 000 réfugiés ont été admis dans le pays durant le seul mois d’août.

Alors que les centres d’accueil pour réfugiés n’arrivent pas à faire face à la demande, les autorités construisent des «villages containers» pour loger les migrants, solution qui avait déjà été adoptée pour pallier au manque de logements étudiants dans certaines villes d’Allemagne.

Une autre initiative a été lancée par les internautes : une pétition sur le site Change.org, adressée directement au président du pays Joachim Gauck, invitant celui-ci à accueillir des réfugiés dans sa résidence officielle. La vaste demeure pourrait en effet abriter «d’innombrables lits superposés, au moins», selon les auteurs de la pétition.

Château de Bellevue (Berlin) Source: RIA NOVOSTI
Château de Bellevue (Berlin)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales