Faisons-en une révolution ! Les manifestants libanais donnent un ultimatum de 72h au gouvernement

Manifesatation au Liban du 22 août© Aziz Taher Source: Reuters
Manifesatation au Liban du 22 août

Des milliers de manifestants ont pris la rue à Beyrouth exigeant la démission de deux ministres après l’usage de la force par la police le weekend dernier. Le mouvementissu de la crise des ordures milite désormais pour un changement plus profond.

Les mouvements à l’origine du rassemblement ont averti que la fronde risque de s’amplifier si le ministre de l’Intérieur, responsable selon eux de brutalité sur les manifestants, ainsi que le ministre de l’Environnement, tenu responsable de la crise des ordures, ne sont pas débarqués de leurs postes dans les plus brefs délais. La porte-parole du mouvement, Rasha Halabi est même allé plus loin en annonçant que la foule poussera bientôt pour de nouvelles élections nationales.

Un long cortège a défilé à travers la ville pour terminer devant le Sérail, siège du gouvernement. Malgré les dispositions prises par les autorités, des protestataires ont tenté de couper les barbelés pour se confronter au forces de l’ordre.

La police antiémeute est descendue dans les avenues centrales de la capitale pour le deuxième weekend d’affilée. Dès le matin, les forces de l’ordre ont sécurisé rues et bâtiments administratifs avec des clôtures en béton. La manifestation a commencé dans l’après-midi. Plusieurs centaines de citoyens y prennent part.

«Nous n’avons qu’une seule chance de nous unifier et de nous révolter contre tous ces gens corrompus», a déclaré un des protestataires qui se prépare à la grande manifestation de l’après-midi en écrivant des slogans sur sa pancarte.

Les organisateurs de la manifestation sont deux collectifs militants de différentes régions et communautés. Le premier, «Vous Puez», a été formé il y a quelques semaines au début de la crise des ordures. Le deuxième s’appelle «Nous réclamons des comptes» et représente les avocats, professeurs d'université, anciens membres de partis de la gauche libanaise et syndicalistes.

La semaine dernière plus de 10 000 d’entre eux ont manifesté dans le quartier de Riad al-Solh près du palais du Grand Sérail (Palais du gouvernement). Lors des affrontements avec la police, des dizaines de participants ont été arrêtés, 400 blessés.

Si les manifestants dans les rues agissent de manière vigoureuse, certaines experts doutent sur l’efficacité de leur conduite. «Nous craignons que se répète la situation de la Syrie, la Lybie et l’Egypte. Les manifestations peuvent mener au chaos, ouvrant ainsi les portes à Daesh», a précisé l’analyste politique Faisal Abd Al-Sater.

Manifestations au Liban les 22 et 23 août

«Nous avons besoin d’améliorer notre système démocratique, c’est une certitude. Mais nous avons aussi besoin de trouver une voie plus efficace pour régler la crise que les manifestations. Nous devons tout détruire. Sinon on remplacera le chaos organisé dans lequel nous vivons aujourd’hui par l’anarchie totale», a précisé l’analyste politique et sociale Johny Kairouz.

Les ordures qui ont commencé à s'accumuler dans les rues de la capitale libanaise après la fermeture du principal site d'enfouissement des déchets il y a un mois ont provoqué une grave crise politique et sociale. Alors que la situation empire dure depuis de longues semaines, les responsables n'ont pas encore réussi à trouver un système de substitution pour la gestion des ordures. Il y a quelques jours, les autorités ont proposé une liste de sociétés capables de ramasser les ordures mais les manifestants l’ont rejetée, les prix étant plus élevés que les précédents contrats. 

En savoir plus : Réuni en urgence, le gouvernement libanais échoue à trouver des solutions à la pression populaire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales