La Hongrie et la Russie veulent resserrer leurs liens économiques et énergétiques (VIDEO)

(RIA NOVOSTI) Source: RIA NOVOSTI
(RIA NOVOSTI)

La Russie considère la Hongrie comme un partenaire stratégique et poursuivra le développement de projets énergétiques. Selon, le Premier ministre hongrois, Viktor Orban l’économie européenne ne sera jamais compétitive sans la Russie.

Les questions énergétiques ont dominé la rencontre entre Viktor Orban et Vladimir Poutine à Budapest le 17 février. Pour le président russe, c’était la première visite officielle dans un pays-membre de l’UE depuis le début de la crise ukrainienne en 2014.

En savoir plus : Hongrie : la visite de Poutine à Budapest augure-t-elle d'un réchauffement avec l’Europe ? (VIDEO)

La Hongrie et la Russie ont toutes deux besoin l'une de l'autre et sont intéressées à garantir la livraison et le transit de gaz, a souligné Viktor Orban après avoir signé plusieurs accords avec le président Vladimir Poutine et notamment «un accord politique» sur un nouveau contrat gazier.

«J’ai clairement déclaré que la Hongrie avait besoin de la Russie. Pour nous, les Hongrois, c’est important que la Russie soit ouverte aux produits hongrois. Et la Hongrie est intéressée à obtenir l’énergie russe de manière fiable», a dit le Premier ministre hongrois lors de la conférence de presse conjointe avec Vladimir Poutine qui clôturait la visite officielle du président russe à Budapest.

Ce dernier a également salué l’importance des relations russo-hongroise. «Nous prenons à cœur notre réputation de fournisseur fiable de ressources énergétiques à l’Europe et à la Hongrie», a déclaré Vladimir Poutine après les négociations avec Viktor Orban. «Nous nous sommes mis d’accord pour faire plus que prendre en considération les questions posées par les Hongrois aujourd’hui et faire en sorte que tous ces problèmes soient réglés», a ajouté  qui avait à l’esprit les contrats de livraison de gaz russe à la Hongrie après 2015 et «quelques autres questions liées à l’utilisations des installations de stockage de gaz».

Vladimir Poutine a en outre estimé que l’annulation du projet de gazoduc South Stream n’avait pas diminué l’importance de la Hongrie pour le transit de gaz à destination de l’Europe. «Malheureusement, comme vous le savez, nous avons dû annuler le projet de gazoduc South Stream, mais je pense que l’expérience que nous avons eue avec nos partenaires hongrois, notre joint-venture, pourrait être utilisée dans le cadre du développement de notre travail avec nos amis turcs sur le gazoduc Turkish Stream», a déclaré le président russe.

Le président russe a en outre souligné que le rôle de la Hongrie en qualité d’un pays de transit de gaz n’avait pas diminué avec l’annulation de South Stream.

«Il y a des options différentes sur la table et nous sommes prêts à les discuter avec tous ceux qui sont intéressés par une coopération à la coopération», a ajouté Vladimir Poutine.

Viktor Orban a ajouté que la Hongrie avait hâte de rejoindre le projet Turkish Stream qui pourrait acheminer du gaz russe en Grèce, à travers la Macédoine, la Serbie et la Hongrie.

Les deux parties ont aussi, à n’en pas douter, abordé les questions internationales et notamment celle des relations entre l’Union européenne (UE) et la . Viktor Orban s’est notamment défendu de chercher à s’attirer les faveurs de Moscou en déclarant que la Hongrie cherchait à coopérer avec la Russie ainsi qu’à maintenir «de bonnes relations».

«Je suis personnellement persuadé que la coopération et de bonnes relations ne servent pas seulement les intérêts de la Hongrie, mais également ceux de toute l’Europe», a indiqué le Premier ministre hongrois. Il a aussi ajouté que les accords signés mardi entre Moscou et Budapest «servent parfaitement les intérêts de la Russie et de la Hongrie».

A propos de l’élargissement de la coopération, Viktor Orban a aussi mis l’accent sur la nécessité de rétablir les relations entre la Russie et l’Union européenne, en disant que «l’isolation de la Russie comme de l’Europe n’est pas pratique».

«Les sanctions sont nuisibles ; la réponse est aussi néfaste. Bien sûr, nous respectons les sanctions ainsi que la réaction graduée [de la Russie], mais notre but commun est de renforcer la coopération entre les deux pays», a dit-il.

Le chef du gouvernement hongrois a fait remarquer que l’économie européenne ne serait pas compétitive et que la sécurité énergétique ne serait pas garantie sans coopération avec Moscou : «Celui qui pense que l’économie européenne sera compétitive sans coopération avec Moscou et celui qui pense que la sécurité énergétique sera garantie en Europe sans l’offre énergétique russe se nourrissent d’illusions».

«Je suis certain que les relations entre l’Union européenne et la Russie doivent être rétablies le plus vite possible», a encore déclaré Viktor Orban en ajoutant que «la Hongrie essaie de trouver des solutions appropriées».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales