La Corée du Sud évacue les civils de la frontière après une attaque présumée de Pyongyang

La Corée du Sud aurait répliqué à un tir de roquette de la Corée du Nord.© KCNA Reuters Source: Reuters
La Corée du Sud aurait répliqué à un tir de roquette de la Corée du Nord.

Des sources coréennes affirment détenir des preuves que la Corée du Nord va essayer des missiles de courte et moyenne portée à la suite de l’échange de tirs entre les deux nations adversaires il y deux jours.

«Il y a des signes selon lesquels la Corée du Nord déploie un missile Scud près de Wonsan et un missile Rodong près de la province du Pyongan du Nord», a dit une source gouvernementale à l’agence de presse Yonhap en citant des données recueillies par un système de radar que les militaires sud-coréens et américains utilisent conjointement.

Il y a un jour les deux pays ont échangé des tirs. «Nous avons lancé une contre-attaque avec des dizaines d'obus de 155 mm», a déclaré un porte-parole à l'AFP

«Nous avons renforcé notre niveau d'alerte et surveillons attentivement les mouvements de l'armée nord-coréenne», affirme le communiqué du ministère. 

«Un barrage d'obus nord-coréens prétendument militaires a été détecté par le radar anti- batterie à 15h52», a rapporté un responsable du ministère sud-coréen.

Plus tôt, le ministère de la Défense sud-coréen avait déclaré que des bombardements à travers la frontière avaient été détectés par un radar de contre-batterie, mais que le Sud n'avait pas riposté.

Aucune victime ni dégât sur ​​le terrain n'ont été signalés après le bombardement présumé du Nord. Cependant, la Corée du Sud a ordonné l'évacuation des civils de la zone frontalière à l'ouest de la péninsule coréenne, où l'incident est arrivé.

Selon le média sud-coréen KBS, les forces nord-coréennes ont torpillé un navire militaire sud-coréen diffusant des messages anti-Pyongyang par haut parleur à travers la frontière. La Corée du Nord a demandé à plusieurs reprises la suppression de ces haut-parleurs, affirmant qu'ils constituent une provocation. 

Séoul va tenir une session d'urgence du Conseil de sécurité nationale pour discuter de la suite des événements. Les autorités de Pyongyang n'ont, eux, fait aucun commentaire.  

Les relations entre les deux Corées sont particulièrement tendues ces derniers mois. Suite à l'explosion d'une mine, lors de laquelle deux soldats sud-coréens avaient été touchés, Séoul avait accusé Pyongyang et mis en place des navires diffusant des messages anti-nordcoréens le long des frontières.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales