L’embargo agricole russe a provoqué des pertes importantes pour les agriculteurs allemands

Stephane Mahe
Stephane Mahe

Les restrictions russes aux importations agricoles venant des pays qui ont décrété des sanctions économiques contre la Russie ont considérablement touché les éleveurs allemands, selon Joachim Rukvid, qui dirige l'Union des agriculteurs allemands.

Les exportations de produits agricoles de l’UE vers la Russie ont diminué de 50%, soit l’équivalent de 500 à 600 millions d’euros, ce qui est très «sensible», a déclaré Joachim Rukvid lors d’une conférence de presse à Berlin.

En outre, les producteurs allemands, en particulier de viande et de lait, souffrent de la baisse des prix agricoles qu’a engendré l’embargo, interdits d’entrée sur le territoire russe, ces produits agricoles ont inondé le marché et leur prix a baissé compte tenu de la surabondance de l’offre.

Pour remédier à cet effet, les éleveurs attendent que le Conseil des ministres de l'Agriculture de l’UE, dont la réunion est prévue le 7 septembre à Bruxelles, prenne des décisions concrètes pour consolider la politique agricole européenne, a souligné Joachim Rukvid.

Les producteurs agricoles allemands ne sont pas les seuls à être sérieusement touchés par l’embargo russe décrété en représailles aux sanctions occidentales. La France, la Pologne, la Grèce, la Belgique, l'Italie, l'Espagne ainsi que les pays baltes ont déjà demandé une assistance financière de l’UE, au vu des pertes subies par leurs fermiers.

La viande, la charcuterie, le poisson, les légumes, les fruits et les produits laitiers sont en effet visés par l’embargo que Moscou a imposé à partir du mois d’août dernier aux Etats-Unis, au Canada, à l’Australie, à la Norvège et aux pays membres de l’Union européenne qui avait décrété des sanctions économiques contre la Russie après le rattachement de la Crimée à la Fédération.

Le 25 juin dernier, le Kremlin a décidé de prolonger son embargo pour une année supplémentaire, soit jusqu’au 5 août 2016, une réponse à la prolongation des sanctions de l’UE jusqu’au 31 janvier de la même année. Le 14 août, Moscou a élargi son embargo alimentaire à l'Albanie, au Monténégro, au Liechtenstein et à l'Islande. De plus, les autorités russes ont décidé de détruire les denrées alimentaires visées par l’embargo saisies à la frontière.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales