Pour Claude Blanchemaison, le dialogue franco-russe reste «très riche» malgré des divergences

Pour Claude Blanchemaison, le dialogue franco-russe reste «très riche» malgré des divergences
Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France en Russie (2000-2003) intervient sur le plateau de RT France, le 27 novembre 2018.

Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France en Russie, est revenu pour RT France sur la rencontre entre Sergueï Lavrov et Jean-Yves Le Drian. Malgré les divergences, il estime que Paris et Moscou entretiennent de bons rapports.

Les ministres français et russe des Affaires étrangères se sont entretenus ce 27 novembre dans le cadre du dialogue du Trianon, dont l’objectif affiché est de renforcer les relations entre la France et la Russie. Invité sur RT France pour commenter cette rencontre, Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France en Russie entre 2000 et 2003, a estimé que le dialogue franco-russe restait «très riche». 

«En matière politique, les présidents se rencontrent, se parlent, […] et à travers le dialogue du Trianon, il y a le souci de faire dialoguer les sociétés civiles. Je crois que par ailleurs les rapports économiques sont assez bons. La France reste un des premiers investisseurs […] en Russie et je crois aussi que sur le plan culturel, les rapports sont bons», a-t-il expliqué.

Le diplomate a en outre mis en avant «une identité de vue totale» entre Moscou et Paris sur de nombreux sujets comme la préservation de l'accord sur le nucléaire iranien. «Il y a d’autres sujets sur lesquels il y a des accords : tous les sujets évoqués au Conseil de sécurité des Nations unies où [la France et la Russie sont] des membres permanents, font l’objet d’échanges de vue…», a-t-il ajouté. S'il a reconnu l'existence de divergences, il a assuré que le maintien d'un dialogue entre les deux pays permettait de les surmonter plus aisément : «Ce qui est bien, me semble-t-il, c’est que l’on en parle. Et que l’on en parle de façon directe, ouverte et qu’on essaie de [les] circonscrire…»

Revenant sur le récent incident dans le détroit de Kertch, Claude Blanchemaison a estimé que les garde-côtes russes et ukrainiens devaient «se parler» pour se prémunir d’éventuels incidents à l’avenir. Plus globalement, il se dit certain qu'une résolution rapide des diverses tensions entre Kiev et Moscou dans le cadre du processus de Minsk permettra de mettre fin aux sanctions économiques décidées par l’Union européenne contre la Russie.

Enfin, s’il a affirmé que la relation entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron n’était pas comparable à celle qu’entretenait le chef de l’Etat russe avec Jacques Chirac, il a néanmoins jugé que les deux présidents actuels pouvaient aborder aisément les différends en raison de leur franc-parler, point commun selon lui entre les deux hommes.

Lire aussi : Crise avec l'Ukraine : «Pas besoin d'un quelconque intermédiaire», dit Sergueï Lavrov

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»