Une attaque à l’arme chimique dans le nord de l’Irak est rapportée par l’armée allemande

Des combattants kurdes Source: Reuters
Des combattants kurdes

La ministre de la Défense allemande, Ursula von der Leyen a annoncé plus tôt dans la journée que les combattants kurdes avaient été ciblés il y a quelques jours, par une attaque à l’arme chimique au nord de l’Irak.

D’après un rapport confidentiel des soldats allemands qui forment des combattants peshmergas en Irak pour lutter contre Daesh, une attaque à l’arme chimique a eu lieu au nord de l’Irak mercredi soir.

«Le quartier général de la Bundeswehr [l'armée allemande] à l’étranger a été informé à 18h20 (heure allemande) de tirs effectués prétendument par des armes chimiques sur la frontière kurde, à 40 kilomètres au sud-ouest d'Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan d'Irak», lit-on dans le rapport.

«Il y a eu une attaque chimique», a indiqué un porte-parole du ministère à l’AFP, ajoutant que certains combattants kurdes ont souffert de problèmes respiratoires tandis que les formateurs militaires allemands s’en sont sortis indemnes.

«Des spécialistes américains et irakiens sont sur le point de déterminer ce qui s'est réellement passé», a poursuivi le porte-parole. D’après les rapports non confirmés pour l’instant, près de 60 peshmergas ont souffert lors de l’attaque à l’arme chimique.

Des informations sur l’utilisation d'armes chimiques par les djihadistes contre les Kurdes ont déjà été signalées. Au mois de juin, l’Observatoire syrien des droits de l’homme basé à Londres, a fait savoir, sur la base de témoignages de médecins et de résultats d’analyses, que Daesh aurait utilisé un gaz toxique lors de l’attaque d’un village kurde.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales