Washington promet de révéler dans les prochains jours qui a tué Jamal Khashoggi

Washington promet de révéler dans les prochains jours qui a tué Jamal Khashoggi© MOHAMMED AL-SHAIKH Source: AFP
Jamal Khashoggi (image d'illustration).

Le président américain a affirmé ce 18 novembre qu'il disposait d'un enregistrement du meurtre de Jamal Khashoggi. La veille, il avait annoncé qu'un rapport désignant les responsables de cet assassinat serait bientôt présenté.

Le locataire de la Maison Blanche a affirmé ce 18 novembre qu'il disposait de l'enregistrement du meurtre de Jamal Khashoggi dans le consulat saoudien d'Istanbul, mais qu'il ne souhaitait pas l'écouter car son contenu est très «violent». «Nous avons l'enregistrement, je ne veux pas l'écouter [...] car c'est un enregistrement de souffrance», a-t-il déclaré sur Fox News. «J'ai été intégralement briefé [sur l'enregistrement]. [...] Je sais exactement ce qui s'est passé [...] c'était très violent, très vicieux et horrible», a-t-il ajouté.

Donald Trump s'était, le 17 novembre, exprimé auprès de journalistes sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Le président américain avait notamment annoncé qu'un «rapport complet» visant à savoir «qui l'a fait» serait achevé d'ici le 20 novembre. 

Plus tôt, la porte-parole du département d'Etat américain, Heather Nauert avait expliqué que Washington n'avait jusqu'alors établi aucune «conclusion définitive» dans l'affaire Khashoggi.

«MBS» porte-t-il une part de responsabilité ?

Heather Nauert réagissait alors à des révélations du Washington Post du 16 novembre. Se basant sur des sources anonymes proches du dossier au sein de la CIA, le journal avait rapporté que l'agence de renseignement américaine aurait conclu que le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, alias «MBS», avait commandité l'assassinat de Jamal Khashoggi à Istanbul le mois dernier. Mais pour le porte-parole du département d'Etat américain, il est néanmoins prématuré de désigner tel ou tel responsable.

Le 15 novembre, le parquet saoudien requérait la peine de mort contre cinq responsables du royaume accusés pour le meurtre du journaliste Khashoggi, soulignant qu'il avait été drogué et démembré au sein du consulat de son pays à Istanbul. Selon le porte-parole du procureur général, Shaalan al-Shaalan, Mohammed ben Salmane n'avait quant à lui aucune connaissance du dossier.

Lire aussi : Peine de mort requise pour les cinq individus accusés d'avoir drogué et démembré Jamal Khashoggi

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»