Suède : les assassins présumés de l’attaque au couteau à IKEA sont des immigrés érythréens

IKEA dans la ville suédoise de Vesteras© Peter Kruge Source: Reuters
IKEA dans la ville suédoise de Vesteras

L’un des deux suspects du double meurtre qui s’est produit dans le magasin IKEA de la ville suédoise de Vesteras nie en bloc. La police n’a pas encore eu la possibilité d’interroger le second, gravement blessé, qui se trouve dans un état critique.

Lors d’une conférence de presse, Per Agren, responsable de la police de Vesteras, et Eva Moren, vice-procureur chargée de l’enquête, ont confirmé aujourd’hui les informations des médias suédois. Les deux hommes suspectés de l’assassinat d'une femme de 55 ans et de son fils de 28 ans à coups de couteau, hier, dans un magasin Ikea, sont bien des immigrés d’origine érythréenne.

Ils habiteraient dans le même centre pour demandeurs d’asile à Abroga. Mais la police n’a pas encore confirmé cette information.

«Les deux hommes ont été arrêtés. L’un est né en 1992, l’autre qui est le troisième blessé de cette affaire est né en 1979», a précisé le chef de la police de la ville de Vesteras, Per Agren.

Le premier suspect a été arrêté près d’un arrêt du bus, l’autre a été retrouvé parmi des victimes. 

Le premier suspect, sauf, «a été entendu hier après-midi. Il nie les faits», a indiqué la vice-procureur chargée de l’enquête Eva Moren. Quant au deuxième, il ne peut pas parler compte tenu de la gravité de ses blessures.

Les enquêteurs n’ont pas encore trouvé le mobile de cette attaque. Selon les témoignages, les suspects ont, selon toute vraisemblance, utilisé des couteaux provenant des rayons d'Ikea.

Les victimes du double meurtre étaient en vacances à Vesteras. «Ils étaient chez Ikea pour faire du shopping. Au rayon accessoires de cuisine, il s'est passé quelque chose qui a fait qu'ils ont été attaqués avec un couteau», peut-on lire dans les colonnes du quotidien suédois VLT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales