Elections communales en Belgique : flop du parti Islam, qui perd ses deux élus de 2012

Elections communales en Belgique : flop du parti Islam, qui perd ses deux élus de 2012© EMMANUEL DUNAND Source: AFP
Un employé municipal recolle des affiches électorales à Ixelles, avant les élections communales belges, le 11 octobre 2018 (image d'illustration).

Candidat pour les élections communales du 14 octobre en Belgique, le parti pro-charia a vu son score baisser par rapport à 2012. Alors qu'il comptait deux élus, à Molenbeek-Saint-Jean et à Anderlecht, Islam n'en compte plus aucun.

Pétard mouillé pour le parti Islam lors des élections communales belges du 14 octobre. Prônant par exemple la charia ou la pénalisation de l'avortement, la formation politique islamiste fondée en 2012 n'a pu conserver les deux sièges de conseillers municipaux qu'elle détenait depuis 2012 à Anderlecht et à Molenbeek-Saint-Jean.

Des candidats désavoués à Bruxelles-Ville et Molenbeek-Saint-Jean

Alors qu'il présentait quatre candidats pour ces élections, deux dans la ville de Bruxelles et deux dans la commune de Molenbeek-Saint-Jean, le parti Islam a vu son score s'affaiblir en six ans. A Bruxelles-Ville, la formation politique a atteint un score de 1,68% des suffrages, perdant ainsi 1,28 point par rapport au scrutin de 2012 lors duquel elle n'avait déjà pas réussi à propulser son candidat, Abdelhay Bakkali Tahiri, actuel président du parti.

Dans la commune de Molenbeek-Saint-Jean, territoire considéré comme un foyer de l'islamisme radical – Salah Abdeslam, un des auteurs des attentats de Paris de 2015, ayant grandi dans cette commune – Lhoucine Aït Jeddig quitte le conseil municipal, n'ayant recueilli que 1,8% (contre 4,12% en 2012).

Pour rappel, le parti islamiste avait également tenté de déposer une candidature à Anderlecht. Sa liste, où figurait le fondateur du parti, Redouane Ahrouch, avait finalement été refusée par la région bruxelloise pour un manquement administratif.

Le 22 avril, sur le plateau de l'émission belge C'est pas tous les jours dimanche diffusée sur la chaîne RTL-TVI, Redouane Ahrouch conseiller communal dans la ville d'Anderlecht de 2012 à 2018, avait suscité la polémique en défendant les grandes lignes du programme d'Islam qui a notamment pour objectif d'installer un «Etat islamique» en Belgique. Il avait également refusé de regarder une femme présente sur le plateau de l'émission.

Sur le site du parti Islam, de nombreuses propositions sociales comme le revenu universel côtoient des propositions s'inspirant de la loi islamique : légalisation de la polygamie et des mariages d'adolescents, distribution de repas halal dans les cantines scolaires, mise en place de jours de congés confessionnels, interdiction de l'euthanasie, restriction de l'avortement ou encore abrogation des «lois anti-voile».

Lire aussi : Le président du parti Islam à RT France : la charia «en conformité» avec la Constitution belge ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter