Daesh exécute 19 filles qui refusaient de devenir esclaves sexuelles

Pour Daesh, les enlèvements de très jeunes filles sont très fréquents. 19 d'entre elles ont été exécutées il y a quelques jours.© Capture Twitter
Pour Daesh, les enlèvements de très jeunes filles sont très fréquents. 19 d'entre elles ont été exécutées il y a quelques jours.

Dix-neuf jeunes filles qui ne voulaient pas se soumettre et devenir esclaves sexuelles ont été exécutées par Daesh, pour qui le commerce de ces femmes est devenu un business fréquent.

Les membres de l'organisation terroriste Daesh ont exécuté, il y a quelques jours, 19 jeunes filles qui avaient refusé d'avoir des relations sexuelles avec les combattants, a révélé un porte-parole du Parti démocratique kurde à Mossoul. Selon lui, les jeunes femmes étaient retenues comme otages depuis plus d'un an dans la ville de Mossoul, en Irak, le fief de l’État islamique.

Selon le fonctionnaire, cité par Iraqi News, cette exécution fait suite au refus de ces jeunes filles de pratiquer ce que les terroristes de Daesh nomment le «djihad sexuel».

Depuis son émergence en Irak et en Syrie, Daesh a fait du commerce du sexe un véritable marché. Zainab Bangura, une émissaire de l'ONU, estime même que «les filles sont colportées comme des barils de pétrole».

Les enlèvements de femmes, souvent très jeunes, sont très fréquents depuis que Daesh a pris le pouvoir dans cette région. Les principales cibles des djihadistes sont les femmes Yazidis, qui sont considérées comme des hérétiques. Au total, plus de 3 000 femmes et filles appartenant à la minorité kurdophone yazidie sont devenues prisonnières au cours de l’offensive des combattants à travers toute la région. 

En octobre dernier, le groupe terroriste est allé jusqu'à publier une brochure expliquant à ses membres à quel prix devaient être vendues, ou achetées, les jeunes filles capturées. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales