Daesh interdirait les vidéos d’exécution après une décapitation opérée par un enfant

Des combattants de Daesh© Stringer Source: Reuters
Des combattants de Daesh

Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l’Etat islamique (EI) aurait interdit de filmer les exécutions après que le groupe terroriste a diffusé une vidéo qui montre un jeune garçon décapiter un officier syrien.

L’agence de presse syrienne ARA News a rapporté que le chef de Daesh, Abu Bakr al-Baghdadi, avait ordonné l’arrêt de la diffusion des vidéos d’exécution. Dans une lettre aux responsables des médias, le leader du groupe islamiste aurait indiqué que de telles vidéos perturbaient les musulmans et pouvaient effrayer les enfants.

Selon l’agence de presse, l’ordre, qui ne peut pas être vérifié immédiatement, a divisé les combattants de l’organisation terroriste.

A l’origine de cette décision, se trouve en effet une vidéo dans laquelle un très jeune djihadiste déclare que l’EI ne capturera pas seulement Homs et Damas, mais aussi Jérusalem et Rome, avant de trancher la tête de son prisonnier, un capitaine de l’armée syrienne.

Cette vidéo aurait été tournée dans la ville de Palmyre, tombée récemment aux mains des terroristes de Daesh. C’est du moins ce qu’affirme l’Observatoire syrien des droits de l’homme basé au Royaume-Uni.

Daesh a publié des dizaines de vidéos où des combattants exécutent leurs prisonniers : des hommes, des femmes, des enfants. Des adolescents avaient déjà été utilisés comme bourreaux mais la vidéo publiée vendredi, juste avant la fête musulmane de l’Aid al-Fitr, était la première où l’on voit un enfant procéder à la décapitation d’un prisonnier.

Deash promeut sa cause sur les réseaux sociaux car la plupart de ses vidéos sont l’objet d’un travail professionnel.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales