Deux tirs, zéro blessés : le nombre de tirs des policiers norvégiens ont chuté de 33% en 2014

Stoyan NenovSource: Reuters
Stoyan Nenov

Le nombre de cas où la police norvégienne a dû utiliser une arme à feu a battu un record l’an dernier : deux tirs, qui de surcroît, n’ont blessé personne, selon les statistiques.

Les policiers norvégiens ont dégainé leur arme 42 fois lors de l’année 2014, ce qui constitue le chiffre le plus faible de ces 12 dernières années, selon le rapport Menace de la police ou usage des armes à feu 2002-2014 publié récemment. Moins que 5% des incidents ont finis par des échanges de tirs.

Ces deux coups de feu représentent une baisse de 33% par rapport aux chiffres de 2013, où la police norvégienne avait tiré à trois reprises, blessant malheureusement deux personnes.

Selon les chiffres de ce rapport, deux personnes seulement ont été tuées dans le pays lors d’échanges de tirs impliquant la police au cours des 12 dernières années. Cela fut le cas en 2005 et en 2006.

Le fait étonnant est que la police a tiré un seul coup de feu en 2011, alors qu’Anders Behring Breivik avait tué 8 personnes en faisant exploser une bombe à Oslo avant de procéder à un massacre en tirant sur 69 personnes avec une arme automatique, des adolescents pour la plupart, sur l’île d’Utoya.

Ces chiffres ne sont toutefois que peu étonnants lorsqu’on sait qu’en Norvège, comme au Royaume-Uni, en Irlande et en Islande, les agents de police ne sont généralement pas armés pendant leur service mais seulement lors de circonstances spéciales.

A titre de comparaison, aux Etats-Unis où la police est armée, elle aurait tué à peu près 500 personnes au cours du seul premier semestre de 2015. Le nombre de morts répertoriés dans ce type d’incidents est si élevé que personne ne tient officiellement une telle statistique.

En Norvège, dont la population totale atteint cinq millions de personnes, le taux de criminalité est relativement bas en comparaison avec les autres pays d’Europe occidentale dont la population est plus importante. Dans la plupart de cas, la police relève des actes de petites délinquance, comme par exemple des vols dans la rue, et non pas des actes liés au crime organisé. D’après la police d’Oslo, elle relève plus de 15 000 infractions concernant des actes de petite délinquance chaque année.

«Le crime organisé n’est présent qu’à une petite échelle», rapporte le département d’Etat américain à propos de la Norvège. «Le trafic de drogue, la petite délinquance et des cambriolages constituent des crimes typiques, qui sont souvent associés aux jeunes immigrés ou à des bandes criminelles qui transitent par le pays venant de l’extérieur de la Norvège».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales