Accusé de tentative d’assassinat contre Poutine… il lui demande aujourd’hui la grâce

Accusé de tentative d’assassinat contre Poutine… il lui demande aujourd’hui la grâce© Ilia Pitalev Source: Sputnik
Ilia Pianzine, en septembre 2012

Condamné pour dix ans pour avoir préparé une tentative d’assassinat de Vladimir Poutine, le citoyen kazakh Ilia Pianzine a adressé une demande de grâce au président russe. Il assure approuver désormais sa politique et regretter son acte.

«Ce crime vous visait personnellement, et c’est pour ça que j’ai décidé de m’adresser à vous directement», voilà ce qu’a écrit Ilia Pianzine, 33 ans, dans sa demande de grâce adressée à Vladimir Poutine, qu’il a pourtant projeté d’assassiner en 2012. C’est ce que rapporte ce 11 juillet le journal russe Kommersant, en citant une source proche du dossier.

Ce membre d’une petite cellule qui projetait,  en février 2012, un attentat contre Vladimir Poutine alors Premier ministre, ne manque pas d’argumenter sa sollicitation. Ilia Pianzine explique qu’il était tombé sous l’influence de ses complices, deux Tchétchènes, qui l’ont «utilisé», alors que lui-même, ne s'était jamais rendu en Russie et n’avait suivi le parcours de l’actuel président russe qu'à la télévision.

L’accusé assure que pendant son séjour en prison, il a commencé à s'intéresser de près aux prises de positions politiques de Vladimir Poutine et a découvert depuis qu'il en partageait largement les points de vue, notamment sur la Syrie, l’élargissement de l’Otan et «la politique agressive» des Etats-Unis.

Ilia Pianzine a été arrêté en 2012 après une explosion dans un appartement à Odessa, en Ukraine, où il vivait avec un de ses complices Rouslan Madaev. Ce dernier est mort dans la déflagration causée par une bombe artisanale. Pianzine a reçu des blessures graves et a été extradé en Russie, où les services de sécurité l’ont mis en garde à vue, ayant annoncé avoir démantelé, avec leurs collègues ukrainiens, une tentative d’assassinat contre Vladimir Poutine. En septembre 2013, il a été formellement condamné à dix ans de colonie pénitentiaire de régime strict. 

Pianzine avait rencontré son complice Madaev et le troisième membre de la cellule, Adam Osmaïev, en Egypte. Les deux étaient des immigrés russes originaires de Tchétchénie, alors que le dernier était membre de l'organisation terroriste djihadiste Imarat Kavkaz (Emirat du Caucase). Il était d’ailleurs recherché pour tentative d’assassinat du dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov à Moscou. Alors qu’il a été inculpé avec Pianzine en 2012, la Cour des droits de l’homme n’a pas permis son extradition vers la Russie, et il a été remis en liberté par une cour d’Odessa en 2014, après le coup d'Etat dit Euromaïdan.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.