Ouverture d'une session de pourparlers sur la Syrie à Astana

- Avec AFP

Ouverture d'une session de pourparlers sur la Syrie à Astana © STANISLAV FILIPPOV Source: AFP
Photo d'archive, l'ambassadeur de la Syrie auprès de l'ONU, Bachar Al-Jaafari, à Astana

Une cinquième session de pourparlers sur la Syrie s'est ouverte le 4 juillet à Astana sous l'égide de la Russie, de l'Iran et de la Turquie, pour étudier la mise en place de zones de désescalade dans le pays.

Une réunion des trois pays parrains des pourparlers d'Astana, la Russie, l’Iran et la Turquie, est en cours dans la capitale du Kazakhstan, pour étudier les moyens d'instaurer ces zones sécurisées en Syrie. Une série de consultations bilatérales doit suivre ces pourparlers tripartites, et une session plénière doit conclure la réunion le 5 juillet, selon l’agence de presse russe TASS.

Anouar Jaïnakov, porte-parole du ministère kazakh des Affaires étrangères, a confirmé à l'AFP au téléphone que les délégations du gouvernement syrien et des rebelles étaient également arrivées à Astana.

Lors des derniers pourparlers en mai, la Russie et l'Iran, alliés du président Bachar el-Assad, ainsi que la Turquie, soutien de l'opposition armée, avaient adopté un plan visant à créer des zones sécurisées pour instaurer une trêve durable dans plusieurs régions.

Une accalmie dans les combats a depuis été enregistrée dans plusieurs de ces zones. Une nouvelle session de négociations, initialement prévue les 12 et 13 juin, avait néanmoins été reportée, les trois pays garants du processus de paix cherchant à harmoniser les questions liées à la mise en place des zones de désescalade en Syrie, et le renforcement du cessez-le-feu.

A la veille de l'ouverture de cette nouvelle session, l'armée syrienne a annoncé le 3 juillet une trêve unilatérale du 2 au 6 juillet dans les provinces de Deraa, Qouneitra et Soueida dans le sud, théâtre de violents combats récemment.

Cette région est l'une des quatre zones de désescalade prévues, aux côtés des provinces d'Idleb, dans le nord-ouest, de parties de la province de Homs dans le centre du pays et de la région de la Ghouta, contrôlée par l'opposition, autour de Damas.

Les pourparlers d'Astana, axés sur la sécurité, se tiennent avant un septième round de négociations politiques sous l'égide de l'ONU le 10 juillet à Genève. Le conflit syrien a fait plus de 320 000 morts en six ans.

Lire aussi : Astana : signature d’un mémorandum sur la création des zones de «désescalade» en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.