Enquête sur la FIFA : «Je n’ai pas l’impression d’être poussé par les Etats-Unis»

Le procureur général de la Confédération suisse Michael Lauber© Ruben Sprich Source: Reuters
Le procureur général de la Confédération suisse Michael Lauber

Les Etats-Unis n’influencent pas l’enquête de la justice helvétique sur la FIFA, a déclaré le procureur général de la Confédération suisse Michael Lauber lors d’une conférence de presse.

Michael Lauber  s’est adressé aux médias pour la première fois depuis le début de l’enquête suisse sur la FIFA.

Le procureur général de la Confédération suisse n’a pas donné de détails, mais il a fait remarquer que l'autorité helvétique de surveillance bancaire avoit pointé 53 transactions susceptibles de constituer des actes de blanchiment d’argent dans l’enquête sur l’attribution des coupes du monde de football 2018 et 2022.

Les enquêteurs suisses ont eu accès à 104 transactions bancaires liées aux coupes du monde de 2010, 2018 et 2022. «Pour l’instant, notre équipe d’enquêteurs a obtenu des preuves concernant 104 relations bancaires», a confié Michael Lauber.

Ce dernier n’a pas exclu la possibilité d’interroger à l’avenir le président ad interim Sepp Blatter et le secrétaire général de la FIFA Jérôme Valcke. Selon lui, l’affaire est «énorme et complexe», et l’enquête peut durer pendant plusieurs années. Les enquêteurs doivent aujourd’hui mettre de l’ordre dans 9 terabytes de données saisies dans les ordinateurs de la FIFA.

Michael Lauber a terminé sa conférence sur une piroutette : «La partie n’est pas encore terminée».

Le scandale sans précédent a éclaté le 27 mai lorsque la justice suisse a arrêté sept responsables de haut rang de la FIFA dans leur hôtel alors qu’ils s’apprêtaient à participer au Congrès de l’organisation à Zurich. Ces arrestations ont été faites à la demande du ministère américain de la justice qui accuse ces responsables de corruption, de complot et de racket.

La Suisse a lancé une enquête séparée sur d’éventuels actes de corruption dans l’attribution à la Russie et au Qatar de l’organisation des Coupes du Monde 2018 et 2022.

En plus de tout cela, le président de la FIFA Sepp Blatter, réélu le 29 mai pour un 5ème mandat de quatre ans, a finalement annoncé son intention de démissionner le 2 juin.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales