Président du comité d’organisation russe : les préparatifs du Mondial-2018 se déroulent comme prévu

La présentation du logo de la Coupe du Monde 2018 à MoscouSource: Reuters
La présentation du logo de la Coupe du Monde 2018 à Moscou

Alexeï Sorokine, président du comité d’organisation russe de la Coupe du Monde 2018, a déclaré que la Russie continue à se préparer comme il se doit à l'évènement et a qualifié de «risibles» les rumeurs actuelles sur sa réattribution au Qatar.

C'est le site d'information espagnol AS qui a fait décoller spéculations sur la Coupe du monde 2018. La FIFA, selon le site, se serait adressée aux autorités qataries avec l’intention secrète d’accélérer la construction des sites de la Coupe du Monde 2022 dans le pays hôte du Golfe persique pour que ce dernier remplace la Russie en tant que nation d'accueil du prochain Mondial.

D’après le média, la pression occidentale sur la FIFA en vue de la remise en cause du choix de la Russie pour l'organisation de la compétition footballistique se serait accrue dans le contexte de la crise ukrainienne. Les autorités qataries, si l'on en croit le journaliste espagnol, se tiendraient déjà prêtes à accueillir l'évènement à la place de la Russie.

La Russie n'éprouve pas de pression

Malgré les rumeurs, le comité russe continue son travail de préparation au mondial. «Ce n’est même pas une pression, nous ne la sentons pas. Nous faisons notre travail et essayons de ne pas prêter attention aux ouï-dire», a souligné Sorokine.

Un seule chose déplaisante pour la Russie dans toute cette situation est l'éclairage négatif que la Coupe du Monde reçoit, selon Sorokine. «C'est bien qu'on en parle, mais c'est pas bien que sous cet angle. Je voudrais que les médias soient concentrés sur les choses positives», a-t-il dit.

Moscou n’a pas «acheté» la Coupe du Monde 2018

La FIFA, par la suite, a démenti à plusieurs reprises les rumeurs répandues par l'édition espagnole en affirmant que la Russie ne sera pas privée de son droit d’accueillir la Coupe du Monde. La base juridique nécessaire pour dessaisir la Russie du mondial est inexistante, avait-elle précisé le 8 juin dernier. Dominico Scala, chef de la commission d’audit de la FIFA, avait fait savoir que seuls les faits de corruption pendant la procédure de désignation du pays-hôte peuvent pousser l’organisation à changer le site de l'évènement.

A cet égard, il est à noter que le scandale qui a causé dernièrement la démission du président Sepp Blatter et la mise en examen de 14 collaborateurs de l’organisation concerne des schémas de corruption à grande échelle.

Pendant ce temps, l’enquête américano-suisse ne semble pas prête à s’arrêter aux révélations déjà faites sur la manière dont auraient été attribuées les coupes du monde 2010 et 1998. En effet, la police suisse, munie d’un mandat de perquisition,  a déboulé encore mercredi dans les bureaux zurichois de l’organisation sportive, tous les disques durs et autres périphériques contenant des informations sur le choix des pays hôtes des compétitions de 2018 et 2022 ont été confisqués. Les bureaux personnels de Sepp Blatter, de son vice-président Jérôme Valcke et du directeur financier Marcus Kattner ont été amplement fouillés.

A ce propos, Alexeï Sorokine a assuré que la Russie n’a pas soudoyé la FIFA et que celle-ci est prête à apporter tout complément d’information nécessaire à l’enquête. «Nous considérons que l’enquête [s’agissant la Russie] est close, les conséquences sont satisfaisantes pour nous et il n’y a pas de preuves. Toutes les accusations ont été retirées», a souligné le responsable russe en se référant à une enquête interne à la FIFA conduite en 2014 après que l’association anglaise de football lui a reproché le choix de la Russie pour la Coupe du monde 2018 et l’a accusée de corruption. L’enquête n’avait révélé aucune irrégularité.

Si tout se passe comme prévu, les matchs de la prochaine Coupe du monde se tiendront durant la période du 14 juin au 15 juillet 2018 dans 11 villes russes différentes. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales